Guerre des exclusivités TV : comment Canal+ a déclenché la colère de Patrick Drahi

Guerre des exclusivités TV : comment Canal+ a déclenché la colère de Patrick Drahi

 
Les abonnés à l’offre Freebox Révolution avec TV by Canal ou encore les abonnés « Canalsat » ont pu le constater avec la perte des chaînes Discovery, la guerre des exclusivités entre le groupe Canal+ et SFR a des répercussions bien concrètes. 
 
Dans un long dossier publier aujourd’hui, Les Echos expliquent comment a débuté cette rivalité des deux groupes afin d’acquérir des exclusivités. Tout commence en 2015. Jusque là, Eurosport était diffusé dans le bouquet TV des FAI (sauf chez Free, à cause de son conflit avec le groupe TF1, qui était à l’époque propriétaire de la chaîne, avant son rachat par Discovery). Le 9 février, le groupe Canal+ annonçait qu’il récupérait l’exclusivité de deux chaînes Eurosport. 
 
Le sang de Patrick Drahi ne fait alors qu’un tour, rapportent Les Echos« OK, ils veulent des exclusivités ? Eh bien on va faire pareil ! Et comme on met plus d’argent qu’eux, je ne pense pas que cela va être très bon pour eux ! », dit-il en substance à ses équipes. Patrick Drahi a même songé à cette époque à stopper la redevance que verse SFR pour distribuer Canal+. Il faut dire que contrairement aux offre ’ADSL ou FTTH des différents opérateurs, les offres « câble » de SFR/Numéricâble ne proposent pas le bouquet Canalsat et il n’est donc pas possible pour ses abonnés d’accéder aux chaînes exclusives de Canalsat
 
« À partir de là, les deux rivaux se rendent coup pour coup. SFR chipe la Premier League de foot à Canal +, qui s’adjuge le Top 14 de rugby sur lequel salivait l’opérateur au carré rouge. Canalsat, le bouquet satellitaire de Canal +, ravit Eurosport ou les chaînes Disney, alors qu’elles étaient codiffusées par lui et Numericable, le câblo-opérateur de Patrick Drahi, fusionné avec SFR, lequel prend en retour à CanalSat Discovery Channel ou encore 13ème Rue… » expliquent Les Echos.
 
Et cette guerre va continuer, aussi bien dans les droits sportifs, en particulier la Formule 1 ou encore la Ligue 1, que dans le cinéma. SFR a déjà raflé le contrat avec NBC Universal, et les contrats de Canal+ avec Warner et Fox expirent bientôt. Encore de belles batailles en perceptive, mais qui risquent de se faire au détriment des consommateurs, qui ne pourront plus disposer de toutes les chaînes et programmes sur une seule et même box.