SFR : « une véritable usine à produire de la prise fixe »

SFR : « une véritable usine à produire de la prise fixe »

 

 

Encore très récemment, certains parlementaires et le gouvernement avaient fait part de leur doute quand à la capacité du groupe SFR de réaliser ses ambitions, alors à la traîne dans le mobile et dans le fixe. Profitant de la table ronde organisée le 1er février entre les opérateurs et initiée par la Commission des affaires économiques, Régis Turrini a répondu à ces préoccupations.

Au programme, couverture mobile, zones blanches, RIP et le fixe. Le secrétaire général du groupe s’est d’ailleurs félicité de la progression manifeste de SFR.

« SFR a connu une phase difficile avant le rachat de Numericable et après le rachat de celui-ci qui était lié au manque d’investissement dans les réseaux par l’actionnaire précédent Vivendi et à la réorganisation du nouvel ensemble, je crois pouvoir dire que cela est dorénavant derrière nous », rappelle dans son introduction Régis Turrini avant de se lancer dans l’énumération d’une batterie de chiffres « factuels », attestant que SFR a bel et bien remis les pendules à l’heure. Couverture mobile (81%) à part, le fixe était tout naturellement à l’honneur, notamment l’installation de prises, le FTTH et FTTB :

« 2016 a été pour SFR l’année des records, plus de deux milliards d’investissement ce qui fait plus de 20% de notre chiffre d’affaires, ce qui est d’ailleurs la norme de notre industrie en France. Et prêt de 2 millions de prises qui ont été déployées, donc un retard qui a été comblé et des objectifs qui ont été dépassés dans le déploiement de la 4G. En ce qui concerne le fixe, SFR est aujourd’hui le leader du très haut débit fixe avec ses deux technologies FTTH et FTTB, nous ouvrons en moyenne 2 millions de prises par an, cela en fait plus de 6000 par jour, c’est énorme, c’est une véritable usine à produire de la prise fixe et nous visons un objectif de 22 millions de prises en 2022, objectif que nous réaliserons. Fin 2016 nous sommes à 9,3 millions de prises éligibles y compris dans les zones rurales mais ne nous sommes pas uniquement en conquête dans les zones très denses, nous sommes aussi le premier opérateur de RIP et notre volonté est de candidater partout dans les appels d’offres en cours ou à venir. »