La FFT et les opérateurs dressent le bilan de l’avancée de la couverture mobile dans les “Zones blanches – centres-bourgs”

La FFT et les opérateurs dressent le bilan de l’avancée de la couverture mobile dans les “Zones blanches – centres-bourgs”

 
En mai 2015, Free, Orange, SFR et Bouygues, signaient un accord pour pour couvrir les zones blanches. Cela concerne 171 communes rurales dépourvues de toute couverture mobile, que ce soit 2G ou 3G, que les quatre opérateurs mobiles devaient couvrir les centres-bourgs en internet mobile pour la fin 2016. La loi définit aussi un calendrier pour la couverture en 3G de 3.600 communes identifiées.
 
Après un premier site multi-opérateur lancé durant l’été 2016 à Viella un commune des Hautes-Pyrénées, Jean-Michel Baylet, Ministre de l’Aménagement du territoire et les opérateurs de téléphonie mobile, Bouygues Télécom, Free Mobile, Orange et SFR ont inauguré le 14 octobre dernier, à Faucompierre, dans les Vosges, un nouveau site multi-opérateurs d’accès à l’internet mobile. Ce site a été déployé selon la technologie RAN-Sharing, qui permet aux opérateurs Bouygues Telecom, Orange, SFR et Free Mobile de mutualiser leurs installations de réseaux mobiles de 3e génération. 


La Fédération Française des Télécom dresse un bilan de la couverture des zones blanches et de montagne
 
La FFT a présenté ce 24 janvier l’état d’avancement précis du programme « Zones blanches – centres bourgs » dans les territoires de montagne. Au 31 décembre 2016, ce sont 2624 communes du programme « Zones blanches – centres-bourgs » sur les 3582 inscrites qui bénéficient de l’internet mobile de manière mutualisée par au moins trois opérateurs dont 848 communes de montagne. Durant l’année 2016, ce sont 1064 nouvelles communes qui ont été couvertes, dont 427 communes en zone de montagne. 
 
Selon un rythme de déploiement qui s’accélère, 958 nouvelles communes du programme « Zones blanches – centres-bourgs » disposeront de l’internet mobile d’ici juillet 2017 dans les mêmes conditions, dont 489 communes en zone de montagne, sous réserve pour certaines de la mise à disposition de l’infrastructure par la collectivité. 
 
La FFT indique que « ces chiffres témoignent une nouvelle fois des investissements des opérateurs pour améliorer la couverture mobile et proposer l’accès à des services à l’internet mobile de qualité dans les communes les plus rurales de notre territoire, en particulier dans les zones de montagne. Cet engagement fort pour l’aménagement du territoire s’appuie sur le déploiement de réseaux nationaux ambitieux des opérateurs, qui représente un investissement annuel de 2,3 milliards d’euros ». 
 
Comme la Fédération l’a annoncé, ces chiffres de déploiement de l’internet mobile dans les zones blanches, notamment en zone de montagne, sont disponibles sur le site internet de la Fédération www.fftelecoms.org et seront remis à jour tous les mois. 
 
Plusieurs inaugurations de sites multi-opérateurs d’accès à l’internet mobile sont d’ores et déjà programmées pour les mois de février et mars en Ariège, Ardèche, Savoie et Corse et permettront de vérifier sur le terrain l’avancée concrète des déploiements. 
 
Par ailleurs, les opérateurs se sont engagés à financer, de manière mutualisée, les équipements de sites prioritaires dans le cadre du programme dit du guichet « sites stratégiques », à raison d’un objectif de 260 sites par an. Ce programme permettra d’apporter une couverture en voix et internet mobile dans les zones qui en sont aujourd’hui dépourvues, au-delà des centres-bourgs et donc au-delà des zones blanches telles que définies dans les programmes en cours. Ce programme, initialement de 800 sites sur quatre ans et élargi à 1300 sites par les opérateurs en mai 2016, est mis en œuvre avec l’État et les collectivités locales à travers la plateforme France Mobile d’identification et de traitement des problèmes de couverture mobile.