Orange, SFR et Bouygues Telecom sont contre l’amendement à la loi montagne, les incitant à mutualiser leurs infrastructures

Orange, SFR et Bouygues Telecom sont contre l’amendement à la loi montagne, les incitant à mutualiser leurs infrastructures

Les opérateurs télécoms s’unissent contre la loi montagne, comme le note Le Figaro. Orange, SFR et Bouygues Telecom ont écrit une tribune à l’attention du gouvernement. Dans celle-ci, ils s’inquiètent d’un amendement qui pourrait les obliger à partager leurs réseaux dans les zones les moins couvertes, avec Free.

Ces opérateurs pensaient pourtant avoir tenu leurs engagements en matière de couverture de "zones blanches", et même avoir fait mieux. Mais jeudi, les sénateurs ont voté un amendement à la loi montagne visant à inciter les opérateurs à mutualiser leurs infrastructures.

"Comme ils ne proposent rien, nous devons avancer"

"Si on mutualise les infrastructures réseau, un opérateur peut arrêter d’investir. Mais comme ils ne proposent rien, nous devons avancer", a affirmé Jean-Michel Baylet, ministre de l’Aménagement du territoire.

Cependant, la veille, Axelle Lemaire, secrétaire d’État au Numérique, avait validé les plans d’investissements des opérateurs dans les zones les moins densément peuplées.

Cette action conjointe laisse paraître une crainte de voir leur avance dans les réseaux rayée d’un coup de crayon. Ils pourraient être dans l’obligation de partager leurs réseaux avec Free, qui se trouverait en position très favorable pour de nouvelles négociations.