La gestion de France Télévisions ne plaît pas à la Cour des comptes, qui veut des réformes et moins de dépenses

La gestion de France Télévisions ne plaît pas à la Cour des comptes, qui veut des réformes et moins de dépenses

La Cour des comptes voit rouge dans la gestion de France Télévisions. Elle souhaite que le groupe accélère les réformes et freine les dépenses, comme en fait part Le Figaro. Le rapport, paru lundi, montre des problèmes de gestion du groupe entre 2009 et 2015. Quelques points sont donc à revoir pour le groupe, afin de revenir dans le vert.

Tout d’abord, l’entreprise unique n’a pas fonctionné. Les pertes d’audiences se sont poursuivies globalement entre 2008 et 2015, et sont deux fois plus importantes que celles de TF1. La Cour des comptes reconnaît "le caractère erratique du cadrage financier", alors que l’État actionnaire n’a pas laissé de direction à France Télévisions. Mais le groupe doit également progresser dans le numérique. 

La fusion des rédactions n’est pas achevée

Le groupe a également quelques difficultés pour gérer sa masse salariale. Ainsi, il n’a pas réduit ses effectifs permanents significativement en passant de 10.211 postes en 2009 à 9.932 en 2015. Ceci est notamment dû à une demande de l’État qui souhaitait que le groupe lutte contre la précarité. Les CDD sont alors devenus des permanents. 

Même si France Télévisions a davantage de droits sur les oeuvres qu’elle finance, l’État doit de son côté faire évoluer la réglementation pour que le groupe audiovisuel ne devienne pas "plus dépendant des ressources publiques"

Ensuite, la Cour des comptes pointe du doigt la fusion des rédactions qui n’est pas achevée. "Les effectifs et le coût de la grille sont en hausse continue, pour des résultats contrastés en terme d’audience". En 2015, le groupe comptait 2.700 journalistes pour un coût de 635 millions d’euros. Soit une hausse de 1.9 % depuis 2009, comme le note le Figaro. Pour les magistrats, le coût réel et complet de la nouvelle chaîne d’info doit être rendus public, car il s’agit d’un projet ambitieux avec de nombreux risques. 

Passer de 8 % de programmes régionaux à 40 %

Arrive également le réseau régional de France 3. Celui-ci doit être rationalisé pour la Cour car "il coûte trop cher et son audience baisse. L’organisation interne doit être réformée". France Télévisions pourrait donc suivre le nombre de région et s’engager à passer à 13 antennes régionales, mais également se rapprocher du réseau France Bleu. L’objectif est de passer de 8 % de programmes régionaux à 40 %. 

Enfin, France Télévisions se trouverait dans une impasse financière. La Cour des comptes indique que "la faible capacité de l’entreprise à dégager des économies significatives sur ses coûts de fonctionnement rend problématique le financement du groupe pour les années à venir". Même si le résultat net comptable est revenu à l’équilibre en 2015, le déficit d’exploitation est de 30 millions et le groupe terminera l’année 2016 avec une trésorerie négative de 34 millions, selon la Cour. 

La solution pour France Télévisions est de réduire les charges de l’entreprise, "ce qui implique d’engager des actions nettement plus vigoureuses que celles qui ont pu être entreprises jusqu’à présent pour dégager des économies structurelles sur le fonctionnement de France Télévisions".