Reportage : Quand Xavier Niel accompagne un Freenaute dans la création du cadre connecté Familink

Reportage : Quand Xavier Niel accompagne un Freenaute dans la création du cadre connecté Familink

Alexis Le Goff, passionné de Free et lecteur d’Univers Freebox, a eu la joie de rencontrer Xavier Niel afin de lui parler et présenter son projet de cadre photo connecté. 

Familink  ! C’est le nom donné par une jeune start-up co-fondée par Alexis Le Goff à un cadre connecté en 3G destiné aux personnes âgées, afin qu’elles puissent profiter des photos de leurs enfants et petits-enfants. 

Grâce à cette technologie, les plus jeunes "peuvent pusher des photos depuis leur smartphone instantanément", comme le renseigne Alexis Le Goff. Enfants et petits-enfants peuvent donc envoyer des photos via l’application ou le site internet Familink aux grands-parents pour que ces derniers profitent des clichés. 

Ce cadre photo connecté bénéficie d’une carte SIM incluse lors de la vente qui se connecte à tous les opérateurs que sont Orange, Bouygues, SFR et Free. Les utilisateurs n’ont donc pas besoin d’avoir une connexion Internet à la maison pour pouvoir profiter des photos envoyer. 

De plus, "aucun" paramétrage n’est nécessaire lors de la mise en route. Il suffit de se brancher au secteur. Les plus jeunes pourront quant à eux aider leurs aînés en modifiant quelques paramètres directement sur internet ou depuis l’application. Le cadre est également directement associé au compte Familink de la personne lors de la commande, afin que les photos arrivent directement à l’image. 

"Xavier Niel a beaucoup aimé l’idée"

Et "Xavier Niel a beaucoup aimé l’idée de ce cadre et il m’a permis de faire une démonstration de mon premier prototype dans son bureau", confie AlexisEt la rencontre avec le fondateur de Free a été rapide. "Il avait bloqué 20 minutes pour moi." 

"Pour pouvoir le contacter la première fois j’ai simplement deviné son adresse mail. Ce qui n’est pas très dur d’ailleurs." Depuis, "je lui ai envoyé un mail de remerciements pour avoir rendu mon projet possible et aussi pour avoir permis la modification de mon premier prototype, qui utilisait une SIM à 2 €." Et la réponse ne s’est pas faite attendre. "Dans les deux minutes, il m’a simplement répondu "Bravo "".

Auparavant, Alexis avait reçu un autre mail : "Hello, ça vous dirait qu’on vous accompagne pour industrialiser le produit ? Vous faites quoi dans la vie ?" Xavier Niel a alors confié au cofondateur de la start-up qu’il allait "mettre des électroniciens sur le coup afin de pouvoir lancer l’industrialisation". 

Une campagne de crowdfunding sur Kickstarter

C’est à ce moment qu’est arrivé Sébastien Boutruche, co-créateur de la première Freebox, pour pouvoir fixer un rendez-vous avec Alexis et lancer l’étude technique du cadre connecté. Sébastien lui a alors conseillé "de monter sa boîte".

Lors d’une seconde visite à Paris, les deux hommes se sont revus afin de "définir une architecture électronique pour avoir un produit industrialisable", en relation avec un consultant de Sébastien Boutruche qui travaille pour l’approvisionnement des composants en Chine et les displays. 

Par la suite, "je suis resté en contact avec Xavier Niel ponctuellement par mails afin d’avoir quelques informations sur le prix du roaming, des SMS etc … Puis je n’ai plus eu trop de nouvelles." 

"J’ai arrêté la collaboration avec Free, mais je les remercie pour leur aide. Depuis j’ai créé ma boîte et je poursuis le développement avec la personne qu’ils m’avaient recommandée."

Maintenant, les créateurs de ce cadre connecté comptent sur la participation des gens, puisqu’ils ont lancé une campagne de crowdfunding sur Kickstarter. "Je l’ai d’ailleurs annoncé à Xavier, qui m’a répondu par un smiley  !"