FTTH : Pour Stéphane Richard, Orange n’est pas trop puissant, Bouygues, SFR et Free pourraient investir plus s’ils le voulaient

FTTH : Pour Stéphane Richard, Orange n’est pas trop puissant, Bouygues, SFR et Free pourraient investir plus s’ils le voulaient

 
Stéphane Richard a accordé une interview à La Tribune dans laquelle il développe la stratégie d’Orange dans le déploiement de la fibre optique, un marché sur lequel l’opérateur est largement leader en France. Il rappelle que si Orange a choisi de déployer du FTTH (fibre jusque l’abonné), c’est parce qu’elle a une capacité de débit quasi illimitée et permet « d’avoir une véritable symétrie entre le trafic entrant et le trafic sortant ». Une façon de bien se différencier de la solution FTTLA déployée par Numéricâble.
 
L’objectif d’Orange concernant le déploiement FTTH est « d’atteindre 12 millions de foyers raccordables en France en 2018 [contre 5 millions en 2015, NDLR], et 20 millions en 2022 » explique Stéphane Richard, qui précise que les investissements vont crescendo : ils étaient de 500 millions d’euros en 2015 rien que pour la fibre et seront de 550 à 600 millions d’euros en 2016.
 
Orange un opérateur trop dominant dans la fibre par rapport à Bouygues, Free et SFR ?
 
Stéphane Richard estime que les règles établies par l’ARCEP concernant le déploiement de la fibre sont claires et connues de tous les opérateurs et que donc « rien n’empêchait Bouygues Telecom de consacrer beaucoup d’argent au FTTH s’il le voulait. Rien n’empêchait Free ou SFR d’en faire plus ». Et de préciser que « ces opérateurs ne sont ni petits, ni pauvres. Messieurs Niel, Bouygues et Drahi font partie des grandes fortunes mondiales. Ils ont régulièrement de grands projets d’acquisitions partout dans le monde. Qu’est-ce qui les empêche d’investir un ou deux milliards de dollars en France pour faire de la fibre ? Ils ont parfaitement les moyens de rivaliser avec Orange. »
 
Le PDG d’Orange explique également que « la fusion de SFR avec Numericable a compliqué la donne, puisqu’ils ont 8 millions de prises câble chevauchant les zones qu’ils devaient couvrir en FTTH. Pour eux, ça n’a donc pas de sens de déployer deux infrastructures rivales… »