L’ARCEP mesure désormais la commercialisation des RIP, qui représenteront, à terme, la moitié des logements en FTTH

L’ARCEP mesure désormais la commercialisation des RIP, qui représenteront, à terme, la moitié des logements en FTTH

 
Dans son observatoire des services fixes haut et très haut débit, l’ARCEP fait le point sur l’état des déploiements et de la commercialisation dans les Réseaux d’Initiative Publique (RIP FTTH)
Le régulateur indique que « l’intervention des collectivités territoriales est primordiale pour permettre le déploiement de la fibre dans les zones les moins denses du territoire et prévenir l’apparition d’une fracture numérique. À terme, jusqu’à près de la moitié des logements couverts par les réseaux à très haut débit en fibre optique le seront par un projet de RIP »
 
Afin de permettre aux acteurs d’assurer un meilleur suivi de ces déploiements, le tableau suivant regroupe les principaux indicateurs de leur évolution. On constate que le taux de mutualisation passive sur les RIP est de 30% soit nettement inférieur à la moyenne nationale sur les accès FTTH qui est de 60%. Cela devrait évoluer avec l’arrivée des grands opérateurs, en particulier Free qui a annoncé lors du #FreeDay2016 qu’il allait proposer ses offres sur les RIP
 
 
A noter que le volume de prises est en baisse par rapport au T4 2015 suite à régularisation des données du fait d’erreurs de déclarations d’opérateurs.