Canalplay, en mauvaise position face à Netflix, perd de l’argent ainsi que 250 000 abonnés suite à l’arrêt de la diffusion chez SFR

Canalplay, en mauvaise position face à Netflix, perd de l’argent ainsi que 250 000 abonnés suite à l’arrêt de la diffusion chez SFR

 
Ce mercredi, les dirigeants du groupe Canal étaient interrogés par la Commission des affaires culturelles de l’Assemblée Nationale. Maxime Saada, le directeur Général, est notamment intervenu pour expliquer que Canalplay était en difficulté. "Canalplay c’est une offre qui ne gagne pas d’argent. On a à peu près 600 000 abonnés aujourd’hui, ca perd une quinzaine de millions d’euros. C’est très compliqué pour nous de d’exercer cette activité par ce que l’une des injonctions que nous avons c’est de ne pas avoir de contenus exclusifs sur Canalplay. Face à Netflix c’est quand même compliqué de ne pas avoir de contenus exclusifs". 
 
Maxime Saada a également indiqué que « SFR a choisi du jour au lendemain de ne plus distribuer Canalplay, nous avons perdu du jour au lendemain 250 000 abonnés à Canalplay ». L’opérateur au Carré Rouge préfère en effet privilégier son propre service de SVOD à savoir Zive.
 
Une concurrence difficile avec Netflix
 
Le Directeur Général de Canal+ a expliqué la difficile concurrence avec Netflix. « On ne peut plus exister en tant que groupe media si on n’a pas une approche internationale. Nous sommes régulièrement privés de programmes par les GAFA, qui font des acquisitions sur une base mondiale, alors que nous, nous ne pouvons faire des acquisitions que sur quelques territoires. »
 
Maxime Saada a assuré qu’il « y a des séries auxquelles nous n’avons pas accès, par ce que Netflix fait des offres sur cent pays. Et même si notre offre est très attractive pour l’ayant droit qui vend la série sur le marché français, et même si elle est supérieure à celle d’un Netflix ou d’un Amazon sur le territoire, nous n’avons pas accès à ces séries. » Et de rappeler que depuis l’arrivée de Netflix en France, Canal a perdu des programmes. C’est pourquoi il estime que son groupe a besoin de se développer au-delà du territoire français