Deux sociétés poursuivies en justice pour avoir incitées des abonnés à rappeler des numéros surtaxés

Deux sociétés poursuivies en justice pour avoir incitées des abonnés à rappeler des numéros surtaxés

Monsieur D., de Clichy-sous-Bois est un abonné qui ne se laisse pas faire. Informé le 27 janvier sur sa facture Bouygues Télécom d’une communication avec le 3953 de 2,99 euros, Monsieur D. a aussitôt contacté son opérateur pour se plaindre.

L’abonné a expliqué qu’un message anonyme lui avait demandé de rappeler ce numéro. La somme a beau être "dérisoire", Monsieur D. agit par principe. Il refuse de payer pour s’être laissé abuser. Il saisit la Direction Générale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes et la justice.

Il écrit dans au Procureur de la République d’Agen que si ce procédé est utilisé des milliers de fois, le bénéfice de l’arnaqueur est faramineux et que sa démarche sert avant tout à protéger d’autres abonnés.

Monsieur D. a déjà enquêté de son côté. Ses recherches lui ont permis d’identifier le titulaire du numéro : une société, Sogeprom, laquelle fait partie d’une liste de plusieurs sociétés dont les gérants sont Brigitte et Daniel Teliez. Leur Holding emploie 3 personnes pour un chiffre d’affaires de 2,2 millions d’euros. 

Dans la région, le couple est connu. Ils tiennent 6 magasins. La question se pose : où trouvent-ils l’argent pour ouvrir leurs magasins ? Le couple est dans le collimateur de le justice. Brigitte et Daniel Telliez devaient comparaitre en octobre devant le Tribunal Correctionnel d’Agen. L’audience a été reportée au 15 juin.

Ils font l’objet d’une plainte concernant deux de leurs entreprises accusées de "pratiques commerciales trompeuses". Les deux sociétés lancent des centaines d’appels automatisés pour inciter les abonnés a rappeler des numéros surtaxés. Cette même arnaque dont Monsieur D. a été victime.

L’avocat du couple réfute ces accusations mettant en causes les victimes : "nous sommes dans une jungle numérique, et les trois quarts des gens n’y comprennent rien". Une défense un peu trop téléphonée…

Source : Le Canard Enchainé