Pour Stéphane Richard, Xavier Niel a été un partenaire loyal dans les négociations Orange/Bouygues

Pour Stéphane Richard, Xavier Niel a été un partenaire loyal dans les négociations Orange/Bouygues

Stéphane Richard est revenu pour Challenges sur l’échec du rachat de Bouygues Télécom. Selon le PDG d’Orange, il s’agit "d’un rendez-vous manqué pour le pays, c’était une véritable opportunité pour les entreprises concernées, l’investissement et l’emploi du secteur. Nous étions très près de réussir, même si nous savions que c’était une opération compliquée, faisant intervenir quatre acteurs plus l’Etat".

Stéphane Richard pense que chacun a sa part de responsabilité dans les négociations échouées. Il avoue également avoir découvert certains traits de caractère des patrons concurrents : il définit Patrick Drahi comme un vrai entrepreneur qui n’a pas froid aux yeux, plus concentré sur les paramètres économique que sur les risques, "l’inverse de Xavier Niel : il a une certaine aversion au risque. Mais je tiens à dire qu’il a été un partenaire loyal dans cette négociation". Concernant Martin Bouygues, le patron d’Orange l’a perçu comme un patron qui a peut-être sous estimé la complexité du sujet, et c’est sans doute celui qui avait le plus à perdre.

Stéphane Richard revient aussi sur les prix. Il pense qu’il y aura de l’agitation mais pas de guerre des prix et que les promotions vous s’arrêter dans quelques temps : "c’est beaucoup d’argent gaspillé pour quelque millions de consommateurs sur un total de 60 millions. Les clients que vous gagnez en mars sont perdus en avril. Les différents acteurs n’auront simplement plus les moyens de bruler du fuel dans l’incinérateur de la guerre des prix".