Vivendi dépeint une situation catastrophique de la chaîne Canal+

Vivendi dépeint une situation catastrophique de la chaîne Canal+

A l’occasion de la présentation de ses résultats, Vivendi a fait le point sur la chaîne Canal+, et le moins que l’on puisse dire, c’est que le tableau est plutôt noir selon le Groupe. Alors que les performances de Canal+ n’étaient pas détaillées depuis plusieurs années, Vivendi a annoncé ce soir que les six chaînes Canal+ ( Canal+, Canal+ Cinéma, Canal+ Sport, Canal+ Séries, Canal+ Family et Canal+ Décalé) perdaient de l’argent en France depuis 4 ans. Avec une forte érosion de leur base d’abonnés depuis 2012, elles enregistrent une perte opérationnelle ajustée de 264 millions d’euros en 2015, soit 76 millions d’euros de plus qu’en 2014. 
 
Vivendi explique que « l’arrivée de nouveaux entrants nationaux et internationaux dans le sport et la fiction a fait s’envoler les prix des droits de diffusion des contenus et a multiplié les offres concurrentes, ce qui a augmenté l’importance des pertes »
 
Selon le Groupe « cette situation menace l’ensemble du Groupe Canal+ qui emploie 8 200 personnes et est un acteur majeur dans le financement et le développement du cinéma français (accords avec le cinéma français renouvelés au printemps 2015) et international où il investit au total près de 800 millions d’euros par an »
 
Depuis l’arrivée de Bolloré aux manettes de Vivendi, « la nouvelle équipe managériale mise en place cet été a pour priorité la mise en œuvre d’un plan de transformation majeur permettant de revenir à l’équilibre. Ce plan doit restaurer la perception de la valeur de l’offre pour l’abonné en augmentant les investissements dans des productions originales et des contenus premium, ainsi qu’en améliorant de manière significative l’expérience-utilisateur dans le cadre d’une gestion rigoureuse des coûts indispensable »
 
Le Conseil de surveillance a jugé ce jeudi que Vivendi n’avait pas les moyens de supporter indéfiniment les pertes des chaînes Canal+ en France. Au cours des deux derniers exercices, le Groupe a déjà investi 4 1,5 milliard d’euros dans Canal+ en France (rachat de la participation de 20 % de Lagardère dans Canal+ France en octobre 2013 et offre publique d’achat sur SECP en mai 2015) et les investissements à moyenne échéance restent conséquents, tant dans les contenus que dans la technologie.
 
Vivendi veut montrer que la chaîne Canal+ va mal, mais le Groupe Canal+ est en forme
 
Si Vivendi décrit une situation aussi catastrophique, il s’agit aussi d’amadouer l’Autorité de la Concurrence afin qu’elle valide le contrat de distribution exclusive de beIN Sports. En effet, hors la chaîne Canal + (et ses déclinaisons), le Groupe Canal+ se porte plutôt bien. 
 
Ainsi, le chiffre d’affaires de Groupe Canal+ s’élève à 5 513 millions d’euros, en augmentation de 1,1 % (+0,2 % à taux de change et périmètre constants) par rapport à 2014. Fin décembre 2015, Groupe Canal+ affichait un portefeuille global de 15,7 millions d’abonnements, en progression de 400 000 en un an, grâce à l’international. Le portefeuille global d’abonnés individuels est également en croissance, avec 11,2 millions d’abonnés comparé à 11 millions fin 2014, notamment grâce à l’Afrique qui a franchi, fin décembre 2015, le seuil des 2 millions d’abonnés individuels.
 
Par ailleurs le chiffre d’affaires publicitaire des chaînes gratuites, en hausse de 3,3 % par rapport à 2014, bénéficie de la progression continue des audiences de D8, qui se classe de nouveau leader des chaînes TNT et cinquième chaîne nationale avec 3,4 % de part d’audience. Sur sa cible 25-49 ans, D8 se classe même quatrième chaîne nationale avec 4,3 % de part d’audience.