Les Box Triple Play font (pour l’instant) barrage aux Smarts TV

Les Box Triple Play font (pour l’instant) barrage aux Smarts TV

 
 
La Smart TV a encore du mal à s’imposer dans les foyers français. C’est la conclusion d’une étude, réalisée par Médiamétrie et CCM Benchmarks, relayé par le site Journal du Net. Selon cette dernière, 77,8 % des foyers français étaient équipés d’une box FAI au quatrième trimestre 2015 alors que 65,2 % du panel était équipé d’une TV connectable et très peu d’entre eux activent les capacités de leurs smart TV (9 %).
 
« La TV connectée, c’était jusqu’à il y a peu cet abonné qui faisait un peu d’IP TV via la box de son opérateur pour accéder au replay de son programme préféré » explique Vincent Pillet, directeur associé de l’agence digitale UserAgents. « Chacun a essayé de lancer sa smart TV avec son OS et des applications qui lui sont propres. C’est vraiment l’hyper fragmentation du monde des smart TV qui a freiné son développement ».
 
Face à cette situation, des grandes entreprises comme Apple ou Google aimeraient profiter de cette situation afin d’imposer leurs box TV. Le PDG d’Apple avait d’ailleurs déclaré en septembre dernier que les apps étaient « l’avenir de la télévision » en présentant sa nouvelle Apple TV. Seuls Bouygues Télécom et Free ont pour l’instant ouvert leurs systèmes d’exploitation à Android avec respectivement les box Miami et mini 4K : « C’est avant tout un choix pragmatique qui permet aux deux opérateurs d’économiser d’importants coûts d’entretien de leur propre système d’exploitation tout en donnant accès à leurs abonnés aux centaines de milliers d’applications disponibles sur le Play Store » affirme Vincent Pillet. Seuls Orange et SFR refusent pour l’instant de confier l’exploitation de l’OS de leurs box par Google.
 
Avec les box triple play, les FAI s’assurent également du contrôle de la distribution des contenus et donc d’apporter de la valeur ajoutée ainsi que d’un potentiel de croissance à long terme. Chose que les fournisseurs tenteront de défendre jusqu’au bout.