Orange déploie progressivement l’IPv6 sur ses réseaux VDSL et Fibre, alors que l’ADSL attendra 2017.

Orange déploie progressivement l’IPv6 sur ses réseaux VDSL et Fibre, alors que l’ADSL attendra 2017.

Alors que Free le propose depuis plusieurs années, Orange permet à ses clients Livebox Play VDSL ou Fibre de bénéficier de l’IPv6. Ce passage à la version 6 du protocole IP (IPv6) permet d’anticiper le nombre croissant d’équipements connectés à internet. La version 4 du protocole IP (IPv4) est utilisée depuis plus de 30 ans. 

Le protocole IP (Internet Protocol) est le langage utilisé par les équipements connectés à Internet pour communiquer entre eux et utilise une adresse qui permet l’identification de l‘équipement sur le réseau. Cette croissance des équipements connectés engendre une pénurie des adresses IPv4. C’est pourquoi le passage à la version 6 du protocole IP est la seule réponse à cette carence dont nous vous faisions l’écho en novembre 2007. Avec une plus grande combinaison d’adresses IP possibles, le protocole IPv6 permet de s’assurer que l’ensemble des équipements actuels et futurs pourront être connectés au réseau internet.

Comme Free, le réseau d’Orange est « dual-stack », c’est à dire qu’il supporte l’IPv4 et l’IPv6 en parallèle. Les systèmes d’exploitation récents sur PC, MAC, tablettes et smartphones sont également capables de fonctionner conjointement en IPv4 et en IPv6. Par ailleurs, le réseau IPv6 d’Orange est natif : certains réseaux, qui ne supportent pas l’IPv6 nativement, acheminent les paquets IPv6 en les encapsulant dans de l’IPv4. Orange achemine les paquets IPv6 sans les encapsuler car l’infrastructure du réseau Orange supporte l’IPv6 nativement.

Les clients Orange concernés bénéficieront automatiquement mais progressivement de l’IPv6 au cours du premier trimestre 2016. Le déploiement a débuté aujourd’hui. Les critères d’éligibilité sont simples : être équipé d’une Livebox Play et bénéficier d’une connexion VDSL ou Fibre. 

Pour les clients ADSL, l’IPv6 sera déployé plus tard. Il est prévu au cours de l’année 2017 selon Orange.

IPv6 = 667 132 000 milliards d’adresses

L’iPV6 doit à terme remplacer l’iPv4, qui ne peut pas générer suffisamment d’adresses. Grâce à des adresses de 128 bits (contre 32 bits pour l’IPv4), IPv6 dispose d’un espace d’adressage bien plus important. En clair, l’IPV4 est longue de 4 octets, et est composée de 4 nombres compris entre 0 et 255 (ex : 82.156.0.232). L’IPV6, quant à elle, est longue de 16 octets, soit 128 bits, où les 8 groupes de 16 bits sont séparés par deux-points (ex : 1fff:0000:0a88:72b6:1000:0000 :ffff:8003).

Ainsi avec l’IPV6, nous disposons d’environ 3,4 × 1038 adresses, soit 340 282 366 920 938 463 463 374 607 431 768 211 456, autrement dit plus de 667 132 000 milliards (6,67 x 10ˆ17) d’adresses. Si le déploiement de ce nouveau protocole est relativement compliqué à mettre en place, Free mène la danse en France au 1er trimestre 2015. Il est le premier opérateur français avec plus de 21% de ses adresses en IPV6.

Les Freenautes disposent de l’IPv6 depuis plus de 7 ans

Depuis le mois de décembre 2007, les Freenautes peuvent utiliser ce protocole qui remplace l’IPv4 en toute simplicité. Il suffit pour cela de se rendre dans sa console de gestion et d’activer l’option. En déployant l’IPv6, Free fut l’un des premiers opérateurs dans le monde à faire évoluer son réseau pour optimiser les services proposés aux abonnés et favoriser le développement des applications du futur. Par ailleurs, dès 2011, Free a mis à jour son réseau afin qu’il supporte le « dual-stack ».

Si Free est le bon élève en matière de déploiement de l’IPV6, ce n’est pas vraiment le cas des autres opérateurs. Axelle Lemaire, la secrétaire d’Etat au numérique, a très récemment saisi le gendarme des télécoms sur l’état de déploiement du protocole IPv6. Les conclusions de cette étude doivent être remises au gouvernement d’ici au 1er mai 2016, soit quelques mois après le début des premiers déploiements d’Orange.