IPV4 ou comment manquer d’adresses IP dans 2 ans !

IPV4 ou comment manquer d’adresses IP dans 2 ans !

<>

Cela ne veut pas dire que l’internet va s’écrouler mais en épuisant totalement les plages IPV4, les nouvelles demandes ne pourront être satisfaites.

Standardisée depuis une dizaine d’années, la future version, nommée IpV6, n’est malheureusement pas exploitée par les fournisseurs d’accès à internet en France, bien que nos ordinateurs, serveurs et autres appareils récents soient prêts a gérer cette norme. Le passage de la version 4 à la version 6 de l’Internet Protocol(IP) n’est pas simple.

En clair, l’IPV4 est longue de 4 octets, et est composée de 4 nombres compris entre 0 et 255 (ex : 82.156.0.232). L’IPV6, quant à elle, est longue de 16 octets, soit 128 bits, où les 8 groupes de 16 bits sont séparés par deux-points (ex : 1fff:0000:0a88:72b6:1000:0000:ffff:8003).

340 282 366 920 938 463 463 374 607 431 768 211 456, soit plus de 667 132 000 milliards d’adresses

Ainsi avec l’IPV6, nous disposerions d’environ 3,4 × 1038 adresses, soit 340 282 366 920 938 463 463 374 607 431 768 211 456, soit plus de 667 132 000 milliards (6,67 x 10ˆ17) d’adresses. Dans l’usage, Free par exemple, devra utiliser les 2 normes en parallèle. Les équipements utilisés par Free sont évidemment compatibles avec la future norme. Les équipements Cisco, ou la Freebox équipée d’un noyau Linux supportent l’IpV6.