Télécom Italia : Vivendi affirme n’avoir aucun intérêt en commun avec Orange ni avec Xavier Niel

Télécom Italia : Vivendi affirme n’avoir aucun intérêt en commun avec Orange ni avec Xavier Niel
 
 
Lors d’une audition d’une commission sénatoriale à Rome, Arnaud de Puyfontaine, le président du directoire du groupe Vivendi, a affirmé que la présence de l’entreprise française au capital de Télécom Italia n’était pas un « point d’accès » pour Orange. Selon l’AFP, le groupe de Vincent Bolloré, qui est le premier actionnaire de l’opérateur italien avec 21,39 % du capital, était victime de spéculations selon lesquelles Vivendi jouerait un rôle facilitateur pour l’entrée d’Orange au capital de Telecom Italia :
 
« Nous sommes un investisseur industriel et de long terme, nous sommes en Italie pour réaliser un projet ambitieux en accord d’autres actionnaires, parties prenantes et le gouvernement que nous tenons en estime » explique Arnaud de Puyfontaine.
 
Le président du directoire du groupe Vivendi s’est également justifié en disant que le groupe n’agissait pas au nom d’autres parties et n’agissait pas de concert avec Xavier Niel, qui détient toujours des options de participation dans le capital de Télécom Italia de l’ordre de 15,1 %. Arnaud de Puyfontaine balaye ainsi toute idée d’OPA potentielle évoquée par la presse italienne et développe en affirmant que sa priorité restait son projet avec l’opérateur italien, cher à Matteo Renzi, le président du conseil italien, qui souhaite construire un réseau de haut débit ultra-rapide à l’échelle du pays.