L’Autorité de la Concurrence britannique approuve la vente de l’opérateur d’EE par Orange et Deutsche Telekom

L’Autorité de la Concurrence britannique approuve la vente de l’opérateur d’EE par Orange et Deutsche Telekom

 
 
Détenu à 50-50 par Orange et Deutsche Telekom, les deux opérateurs souhaitent depuis plus d’un an se séparer de l’opérateur britannique EE. En février dernier, Orange et Deutsche Telekom annonçaient la signature d’un accord avec British Telecom group pour la cession de la totalité de leur part à l’opérateur anglais.
 
Ce matin, l’Autorité de la Concurrence et des Marchés britannique (CMA) a annoncé qu’elle donnait son approbation à Orange et Deutsche Telekom pour la vente de 100% de leurs actions d’EE à British Telecom, sans aucune condition.
 
La combinaison de BT et d’EE va créer le premier opérateur de communications convergent du Royaume-Uni, qui pourra offrir à ses clients des services innovants et sans couture, alliant la performance du haut débit de la fibre, du Wi-Fi aux capacités avancées de la technologie du mobile.
 
Cette transaction devrait permettre à Orange de recevoir environ 3,4 milliards GBP (4,5 milliards d’euros) en cash et une participation de 4% dans l’entité combinée BT / EE suite à l’émission d’actions nouvelles de BT à Orange et à Deutsche Telekom. Le montant final de cash reçu par Orange sera soumis à des ajustements à la date de clôture, désormais prévue autour de fin janvier 2016.
 
Stéphane Richard, Président Directeur Général d’Orange, a déclaré à l’occasion de cette annonce : "L’approbation de cette opération est une étape importante dans l’histoire du groupe Orange. Une partie de notre ADN a été forgée dans le Royaume-Uni et nous sommes très fiers de ce que nous avons accompli au cours des quinze dernières années avec Orange et puis EE. La fusion avec BT est une très bonne nouvelle pour les consommateurs britanniques qui vont pouvoir bénéficier de services fixes et mobiles convergents. Nous sommes très heureux de cette décision, qui fournit un signal important aux opérateurs de télécommunications à travers l’Europe, indiquant que le secteur est prêt pour la consolidation fixe-mobile ".