Le président du directoire du groupe M6 affirme que « si Paris Première ne passe pas en gratuit, on fermera »

Le président du directoire du groupe M6 affirme que « si Paris Première ne passe pas en gratuit, on fermera »
 
 
C’est dans le journal Les Echos que Nicolas de Tavernost, président du directoire du groupe M6, s’est exprimé afin de faire part de sa déception, suite à la décision du CSA de ne pas passer Paris Première sur la TNT gratuite, contrairement à la chaîne d’informations en continu LCI :
 
« Alors que nous sommes dans un paysage audiovisuel où l’offre d’info est déjà riche et devrait même faire l’objet d’un renforcement annoncé par la télévision publique, le CSA autorise LCI à passer en gratuit alors qu’il le refuse à Paris Première, chaîne de la culture, du spectacle vivant et du théâtre, qui aurait pourtant diversifié et enrichi l’offre de télévision gratuite. C’est totalement incompréhensible. Ce n’est une bonne nouvelle ni pour le public, ni pour l’entreprise, ni évidemment pour nos équipes. » avoue-t-il.
 
Concernant le futur de Paris Première, le président du directoire du groupe M6 confirme que la chaîne n’est « pas viable en payant » en expliquant que «actuellement, Paris Première vit sur un modèle mixte, avec des ressources liées, d’une part, à la publicité et, d’autre part, aux recettes d’abonnement. Or la publicité dans le modèle payant baisse du fait de la croissance de la TNT gratuite. Nous avons donc souhaité en tirer les conséquences et devenir totalement gratuit pour être compétitifs avec les autres chaînes de la TNT. Et donc atteindre une couverture de 100 % des foyers français, contre seulement 35 % aujourd’hui. »
 
Nicolas de Tavernost finit par conclure qu’ « il n’y a pas de modèle payant. Si on ne peut pas passer en gratuit, on fermera. »