Un mariage entre Orange et Bouygues Télécom “permettrait à Martin Bouygues de sortir par le haut”

Un mariage entre Orange et Bouygues Télécom “permettrait à Martin Bouygues de sortir par le haut”

 
 
Lundi, l’agence Bloomberg affolait le petit monde économique et des télécoms en annonçant un possible rachat de Bouygues Télécom et de TF1 par Orange. 
 
Mardi, on expliquait chez Orange : "Nous nous attendions à ce que les rumeurs repartent de plus belle après la fin des enchères pour les fréquences 700 MHz, qui ont eu lieu mi novembre, explique-t-on chez Orange. Mais des quatre opérateurs, nous sommes celui qui a le moins besoin d’une consolidation" rapporte Challenges. 
 
Du coté de Bouygues, on se contentait d’un communiqué laconique  : « Bouygues indique qu’il n’a aucun projet de sortie des secteurs des télécoms et de la télévision et réaffirme son ancrage durable dans ces deux industries. » Mais ce démenti n’a pas convaincu tout le monde. Un bon connaisseur du secteur explique ainsi aux Echos : « Si le schéma à l’étude prévoit une transaction majoritairement en actions, Bouygues ne sortirait effectivement pas de ces activités puisqu’il deviendrait alors un actionnaire important d’Orange », 
 
Même si l’annonce d’un possible rachat de Bouygues Télécom par Orange peut paraitre aberrante au premier regard, l’opérateur historique avait pourtant déjà envisagé, l’année dernière, de reprendre la filiale Télécom de Bouygues, avec Free qui aurait pu récupérer une partie du réseau.
 
Surtout, pour beaucoup d’analystes financiers, la consolidation du marché français reste d’actualité. Et Bouygues Télécom étant le plus petit des opérateurs et celui qui souffre le plus, il est désigné comme la cible idéale. « Il va forcément se passer quelque chose un jour ou l’autre », estime ainsi Stéphane Beyazian, analyste chez Raymond James, dans Les Echos 
 
Et si Martin Bouygues s’est toujours refusé à vendre à Xavier Niel et Patrick Drahi, les choses pourraient être plus simples si le deal se faisait avec Orange. "Une telle solution permettrait surtout à Martin Bouygues de sortir par le haut en devenant le premier actionnaire privé d’Orange et en plaçant certains de ses managers aux commandes", explique un des concurrents de Bouygues dans Challenges.
 
Quoi qu’il arrive, un éventuel rapprochement entre Orange et Bouygues Télécom ne pourra se faire sans Free, sous peine d’une ne pas franchir l’étape de l’Autorité de la concurrence.  "La consolidation en France ne se fera pas entre deux opérateurs, tout le monde est concerné ", assure un analyste dans Les Echos