Pour Maxime Lombardini l’utilisation du mot « fibre » par Numéricable pose un problème, il demande plus de transparence pour le consommateur

Pour Maxime Lombardini l’utilisation du mot « fibre » par Numéricable pose un problème, il demande plus de transparence pour le consommateur

 
Lors de la conférence France Très Haut débit la semaine dernière, Maxime Lombardini est revenu sur l’utilisation du mot « fibre » par Numéricable. Contrairement à se concurrents, le câblo-opérateur n’amène pas la fibre jusque dans le logement de ses abonnés mais uniquement jusqu’au dernier répartiteur (FTTLA). Ensuite, c’est le réseau câble coaxial existant qui est utilisé. Orange et Free ont déjà dénoncé l’utilisation du terme « fibre » par Numéricable qu’ils considèrent comme de la « fausse fibre »
 
Le Directeur Général de Free a ainsi expliqué qui souhaitait qu’il y ait « une vraie transparence » pour le consommateur, afin qu’il sache ce qu’il achète. « Aujourd’hui, nous sommes gênés quand on voit une diapositive qui présente comme fibre ce qui est en fait du câble » a-t-il répondu suite à la présentation d’un document de Numéricable. « Peut être que le câble apporte un service de qualité, ce n’est pas le sujet, le fait est que la fibre apporte une infrastructure, qui, elle, est pérenne, qui est l’infrastructure du siècle à venir et il nous parait important que les français, quand ils souscrivent à une offre très haut débit sachent précisément à quoi ils souscrivent. Et ce n’est pas le cas aujourd’hui. »
 
Et de conclure en estimant : « d’appeler la totalité des offres « fibre » ca nous pose un problème. Nous appelons à la prise rapide d’un arrêté qui permette de rendre la communication transparente, que chacun sache s’il souscrit à une offre sur le câble à une offre fibre, à une offre en VDSL, à un offre en ADSL ».