Free FTTH : la fibre optique débarque doucement mais sûrement

Free FTTH : la fibre optique débarque doucement mais sûrement

La fibre optique est essentielle pour le développement des territoires. Lancé au printemps 2013, le Plan France Très Haut débit ambitionne de couvrir l’intégralité du territoire en très haut débit d’ici 2022. Pour atteindre cet objectif, le Plan s’appuie sur les collectivités territoriales, mais aussi sur les opérateurs qui se livrent à une véritable bataille.

Du côté de Free, dans le cadre du déploiement de son réseau fibre optique (FTTH) jusqu’à l’abonné, le Groupe ILIAD, à travers ses filiales Free, Free Infrastructure, IRE et Immobilière Iliad, a réalisé de nombreux investissements dans les infrastructures réseau.

En déployant sa propre boucle locale en fibre optique, le Groupe devient ainsi propriétaire de l’ensemble des infrastructures jusqu’à l’abonné (de la fibre jusqu’à la Freebox), ce qui lui permet d’être totalement indépendant et d’offrir aux Freenautes un accès à une technologie répondant pleinement aux besoins croissants en bande passante (C’est ainsi que Free propose depuis octobre 2013, une offre FTTH 1 Gb/s en réception et 200 Mb/s en émission). Ce déploiement s’inscrit dans la continuité logique de la stratégie du groupe Iliad, consistant à investir dans le déploiement de ses propres infrastructures.

Au cours de l’exercice 2014, le Groupe a intensifié son rythme de raccordement des immeubles mis à disposition par les opérateurs tiers au travers des accords de mutualisation, sur les zones déjà déployées horizontalement. Dans les Zones Très Denses, au 31 décembre 2014, le Groupe détenait 230 sites (NROs) représentant un potentiel de couverture d’environ 3,4 millions de prises (Vous pouvez découvrir une carte des NRO ici).

En dehors des Zones Très Denses, en août 2012, le groupe Iliad a été le premier opérateur à souscrire l’offre d’Orange d’accès aux lignes FTTH déployées par l’Opérateur historique en s’engageant à cofinancer certaines des agglomérations proposées. Cette offre permet à chaque opérateur d’acquérir et donc de cofinancer le déploiement à hauteur de la part de marché locale souhaitée. La mise en commun des moyens permet de déployer un réseau unique et mutualisé entre les répartiteurs optiques et les abonnés, et de desservir ainsi une population plus large.

Sur l’exercice 2014, Iliad a intensifié sa participation au cofinancement du déploiement en dehors des Zones très Denses en s’engageant sur 20 communes supplémentaires représentant 0,4 millions de logements. Au 31 décembre 2014, le Groupe cofinançait ainsi les déploiements sur un total de plus de 5 millions de logements en dehors des Zones Très Denses.

Le déploiement de la fibre en Zone Moins Dense sera une des surprises de Free cette année. L’opérateur devrait lancer « très bientôt » du FTTH en ZMD (uniquement les zones fibrées par Orange dans le cadre de l’AMII). Maxime Lombardini, le directeur général du Groupe Iliad, nous l’a confirmé le 20 juin dernier lors de convention annuelle de la communauté Free.

Par ailleurs, de nouveaux NRO en Zone Très Dense pourraient enfin être ouverts à la commercialisation, rapportait le forum spécialisé lafibre.info en mars 2015, augmentant ainsi significativement le nombre de logements potentiellement raccordables. La liste des premières communes concernées par ce déploiement 10G-EPON est la suivante : Aix-en-Provence, Caen, Dijon, Brest, Toulouse, Bordeaux, Reims, Le Havre, Meaux, Sartrouville, Houilles et Chatou, Toulon, Yerres, et Cergy-Pontoise. 

Une information également confirmée par Xavier Niel au micro d’Univers Freebox. Le fondateur de Free nous avait indiqué que « les choses ouvriront dans les semaines qui viennent » en précisant cependant « qu’il a plusieurs « s » à semaines ». 

SFR (FTTLA + FTTH), Orange (FTTH), Bouygues Télécom (FTTLA+ FTTH), Free (FTTH)

En regardant le nombre d’abonnés, actuellement Free est clairement à la traîne avec seulement 113 000 abonnés FTTH. Il a franchit la barre des 50 000 abonnés FTTH en décembre 2012, puis celle des 100 000 fin janvier 2015. Toutefois, ainsi que nous vous l’indiquions, la situation ne devrait pas durer. La fibre de Free commence enfin à décoller. Le nombre de nouveaux abonnés mensuels à l’offre FTTH a tout simplement triplé en un an, passant de 2000 à plus de 6000 par mois en mai 2015, puis à plus de 7000 par mois en juin (selon les statistiques de francois04).

Et chez les autres opérateurs ?

Le Groupe Orange, dans le cadre de son nouveau plan stratégique Essentiels 2020, confirme son ambition d’atteindre en France les 12 millions de logements raccordables d’ici 2018, 20 millions en 2022 (dont 6 millions en zone très dense (ZTD) et 14 millions en zones moins dense (ZMD)).

Accusé de vendre du câble pour de la fibre, le Groupe Numericable-SFR vise quant à lui 7,7 millions de prises éligibles (FTTLA ou FTTH) d’ici fin 2015, 12 millions de prises en 2017 et plus de 15 millions en 2020.

Du côté de Bouygues, en décembre 2010, Bouygues Telecom et SFR annonçaient la signature d’un accord de co-investissement portant sur le déploiement de la fibre optique optique jusqu’au domicile (FTTH) dans certaines communes en Zones Très Denses. En janvier 2012, rebelote, mais cette fois avec Orange. Bouygues Telecom et l’opérateur historique annonçaient un accord pour le déploiement de la fibre optique en Zones Moyennement Denses et en Zones Très Denses. Bouygues Telecom a également signé des contrats de mutualisation lui donnant accès aux réseaux de fibre optique déployés par les principaux opérateurs.