Fréquences 700 MHz : l’ARCEP a souhaité permettre à Free de rattraper son retard, sans le lui garantir

Fréquences 700 MHz : l’ARCEP a souhaité permettre à Free de rattraper son retard, sans le lui garantir

 
Sébastien Soriano, le Président de l’ARCEP, était auditionné ce jeudi par le Senat concernant le 2ème dividende numérique. Il est ainsi revenu sur les modalités des enchères pour les fréquences 700 MHz.
 
Il a indiqué que "la procédure est construite pour forcer les opérateurs à exprimer leurs besoins de long terme". "Notre travail c’est d’inciter les opérateurs à une course à l’investissement" a expliqué Sébastien Soriano en précisant que concernant l’aménagement numérique du territoire, il y a une obligation « de déployer sur tout le territoire »
 
Le Président de l’ARCEP est également revenu sur le cas particulier de Free, qui a un besoin vital de fréquences basses, puisqu’elles se propagent mieux et permettent de couvrir davantage et de mieux pénétrer dans les bâtiments. Il a expliqué que « la concurrence doit être loyale entre tous les acteurs » et qu’il n’y a donc pas de fréquences réservées à Free. Mais il a précisé que "Free a besoin de fréquences basses, il fallait lui permettre de rattraper son retard, sans le lui garantir"
 
La procédure envisagée pour l’attribution de la bande 700 MHz est une enchère ascendante à tours multiples dont vous pouvez découvrir les modalités ici.