Salt prépare « des surprises (…) Avec Xavier Niel, rien n’est impossible »

Salt prépare « des surprises (…) Avec Xavier Niel, rien n’est impossible »

LeTemps.ch a interrogé Johan Andsjö, le directeur de Salt (ex-Orange Suisse, nouveau bébé de Xavier Niel). Au cours de cet entretien, le directeur général de Salt s’est étendu sur ses relations avec le fondateur de Free et la nouvelle stratégie de l’opérateur. Il indique notamment que Salt prépare « des surprises. (…) Avec Xavier Niel, rien n’est impossible ».

Le directeur de Salt est d’abord interrogé sur le changement de nom de l’opérateur. Univers Freebox vous en parlait, Salt a dévoilé sa nouvelle identité visuelle (nouveau nom, nouvelle image de marque, nouveau logo). Son nouveau propriétaire, Xavier Niel ne souhaitant pas, pour des raisons évidentes conserver le nom d’Orange Suisse. Le changement d’identité a coûté près 40 millions de francs suisses (38.8 millions d’euros).

Johan Andsjö : « Nous voulions une marque ne promettant rien de plus qu’un excellent service, sans fioriture ». 

Cette dépense était amplement justifiée pour Johan Andsjö. Celui-ci explique que Salt dépensait « en moyenne 55 millions par an en marketing, plus environ 30 millions dans nos magasins, tout cela pour travailler sur une marque, Orange, qui ne nous appartenait pas. Alors que nous sommes une société suisse. (…) Tous les opérateurs ont tendance à promettre trop. Vous voyez des publicités où une très belle femme et un très bel homme courent l’un vers l’autre et choisissent ensuite tel ou tel opérateur… Cela vous donne l’impression de pouvoir avoir non seulement la femme, mais aussi la Ferrari. Nous voulions une marque ne promettant rien de plus qu’un excellent service, sans fioriture. C’est aussi pour cela que nous avons changé nos publicités : ce ne sont plus des mannequins dans un désert de sel mais des utilisateurs, dans des situations de la vie de tous les jours ». 

Viennent ensuite d’autres questions gravitant autour de la stratégie de l’opérateur Suisse de Xavier Niel et des surprises à venir. Toutefois, le directeur général de Salt n’a pas été très bavard à ce sujet.

Le Temps : Sans ambition d’entrer sur l’accès fixe à Internet ? Au Liechtenstein, vous avez lancé un appareil permettant de transformer le réseau mobile en accès fixe à Internet.

Johan Andsjö : C’est un marché test… Tout ce dont je suis sûr, c’est qu’avec Xavier Niel, notre propriétaire, rien n’est impossible. Le changement de marque d’Orange vers Salt n’est que la première étape, il y aura des surprises. Je ne peux pas en dire davantage.

En effet l’opérateur Suisse de Xavier Niel est très attendu sur le lancement d’une offre triple play, comme celle proposée avec la Freebox en France.

Le Temps : De nombreux clients de Salt sont déçus que les nouveaux tarifs ne soient pas plus agressifs, vu ce que Xavier Niel avait fait en France avec Free. Que leur répondez-vous ?

Johan Andsjö : J’ai entendu ces remarques. Mais Xavier Niel adopte une stratégie propre dans chaque marché où il est présent. Il n’a pas copié à Monaco ou en Israël ce qu’il a fait en France. Mais rassurez-vous, il y aura d’autres innovations. 

Est-ce que « ces surprises » et « ces innovations » auront-lieu cette année s’interroge Le Temps. « Attendez un peu (…) il y aura, comme je vous l’ai indiqué, une seconde phase après le changement de marque. Patience ! », précise le directeur de l’opérateur, sans toutefois donner plus de précisions.

Source : Le Temps