Orange se verrait bien banquier

Orange se verrait bien banquier

Orange serait-il à l’affût d’un nouveau marché ? C’est en tout cas ce que laissent penser les derniers mouvements de l’opérateur, qui s’est rapproché la semaine dernière de deux entreprises spécialisées dans le bitcoin, la monnaie numérique décentralisée. Aujourd’hui le directeur général adjoint d’Orange annonce carrément l’arrivée de l’opérateur sur le marché bancaire à proprement parler : « nous réfléchissons à une offre complète, incluant un compte courant, la possibilité de demander un crédit, d’épargner ou de souscrire une assurance ».

Le paiement sans contact existe déjà, propulsé par Apple, ainsi que tous les constructeurs ayant décidé d’intégrer des puces NFC dans leurs mobiles. Mais les ambitions d’Orange vont beaucoup plus loin, celles-ci ont trouvé leur inspiration en Afrique, là où de petites start-up ont capté l’attention de l’opérateur. Notamment M-Pesa qui a lancé en 2007 un système de paiement mobile fonctionnant sur le principe du portefeuille électronique, et qui ne nécessite pas de posséder de compte bancaire. Le service a connu un succès brutal, et permet le transit de près d’un milliard d’euros par mois.
 


Orange Finance en Pologne
 

Orange a flairé le bon coup de ce côté, et plusieurs services ont ouvert dans différentes destinations, à la manière de tests. Avec 100 millions de clients en Afrique et au Moyen-Orient, l’opérateur a pu lancer « Orange Money » qui compte déjà 12 millions d’utilisateurs. En pleine expansion, ce service prévoit d’inclure prochainement des solutions de microcrédits et d’assurance. En Pologne, Orange Finance compte entre 75 000 et 100 000 clients seulement 6 mois après son lancement. Là-bas, l’opérateur s’appuie sur mBank – la troisième banque polonaise – pour permettre aux clients d’exécuter toutes sortes d’opérations bancaires depuis son mobile. Orange devrait exporter son service en Roumanie, en Espagne puis en France ; bien qu’Orange Cash existe depuis un peu plus d’un an maintenant.

« L’expérience acquise en Afrique nous a montré que nous sommes un acteur légitime pour développer ce genre de services » a indiqué le directeur général adjoint ; « nous disposons d’une marque puissante, d’un réseau de distribution vaste et d’une bonne connaissance des attentes de nos clients, donc d’une capacité à inventer un nouveau modèle bancaire ». Pas sûr que les banques, les vraies, soient enchantées des projets d’Orange.

 

Source : La Croix