Loi sur le renseignement : l’hébergeur Altern.org « ferme ses services le temps de déménager à l’étranger »

Loi sur le renseignement : l’hébergeur Altern.org « ferme ses services le temps de déménager à l’étranger »

Premier dégât collatéral suite au vote de la loi sur le renseignement à l’Assemblée Nationale. L’hébergeur altern.org annonce sur son site internet qu’il « ferme ses services le temps de déménager à l’étranger ».

« Altern.org participe depuis vingt ans à faire du droit à la liberté d’expression une réalité pour les citoyens et résidents de ce pays. Pendant toutes ces années les dirigeants politiques, ceux des grandes entreprises, les notables de tout poil, n’ont eu de cesse que de refermer cette parenthèse de liberté ouverte par internet. On a bien rigolé en les voyant gesticuler à tenter de bloquer la mer avec des lignes maginot comme l’hadopi ».

Mais aujourd’hui, pour l’hébergeur, les dirigeants politiques « ont trouvé une parade en nous obligeant par la loi à installer au coeur de nos infrastructures des analyseurs sous le contrôle des services secrets. Ce contrôle sur les télécommunications appelle à l’autocensure de notre expression publique et annihile notre vie privée sur internet. Pour nous un seul jour sous écoute globale est un jour de trop.

Altern.org refuse la boîte noire des services secrets, ferme ses services immédiatement, pour les réouvrir dans quelques jours dans un pays plus respectueux des libertés individuelles ».

Le dispositif des boîtes noires, prévu dans le code de la sécurité intérieure, a suscité de nombreuses discussions et inquiétudes. Le Gouvernement a alors reçu certains hébergeurs et a modifié l’amendement 437 suite à cette rencontre chez le Ministre de l’Intérieur, en compagnie d’Axelle Lemaire et Emmanuel Macron. Si cette petite retouche de l’article L.851-4 a rassuré le fondateur d’OVH, il semble que cela ne soit pas le cas de tous les hébergeurs, comme Altern.org

Source : Numerama