François Loos : “il y a encore de la place pour un quatrième réseau”

Le journal du net a interviewé François Loos – Ministre délégué à l’Industrie -. Il revient sur les modalités de la 4ème licence UMTS.

Vous avez signé l’arrêté lançant l’appel à la candidature pour la quatrième licence 3G. Pourtant, vous déclarez dans La Tribune que les conditions d’entrée sur le marché sont chères. Envisagez-vous d’aménager ces conditions, en étalant le paiement de la licence ou en abaissant les obligations de couverture ?

Non. Le montant et les conditions de paiement des licences UMTS sont très précisément définis dans la loi : une redevance de 619 millions d’euros et une part variable égale à 1 % du chiffre d’affaires de l’activité 3G. Nous souhaitons éviter toute inégalité de traitement entre les différents opérateurs. Or, même un étalement du paiement de la licence constitue un avantage financier. De la même manière, pour des questions d’équité, les obligations de couverture minimales seront les mêmes que pour les précédentes attributions.

En revanche, plusieurs mesures permettront d’alléger les conditions d’entrée : dès lors qu’un des trois autres opérateurs réutilisera un site GSM pour la 3G, il devra permettre au nouvel entrant d’y accéder aussi, dans des conditions équivalentes. Par ailleurs, lorsqu’il aura construit une première partie importante de son réseau, le quatrième opérateur pourra bénéficier de l’itinérance avec les opérateurs existants. Ses services auront ainsi rapidement une large couverture. Enfin, il pourra avoir accès à une partie des bandes de fréquences GSM à 900 MHz. Ces bandes sont particulièrement intéressantes car elles disposent de meilleures propriétés de propagation et de pénétration dans les bâtiments.

Pensez-vous réellement qu’un nouvel entrant a les moyens de financer cette licence ? Y aura-t-il au final un quatrième opérateur 3G ?

A ce stade, nous avons eu des manifestations d’intérêt. Si l’on compare aux autres grands marchés européens, il y a la place en France pour un quatrième réseau de téléphonie mobile. La montée en puissance des services convergents fixes-mobiles et la demande croissante des consommateurs pour le haut débit et des services multimédias mobiles sont la clé du succès de la 3G.

Le prix de licence n’est qu’une petite partie des investissements nécessaires pour bâtir un réseau UMTS. Et donc si un candidat répond à tous les critères de l’appel d’offres et s’avère capable de financer l’ensemble du projet, le paiement de la licence ne devrait pas lui poser de difficultés.

Pourquoi la présence d’un quatrième opérateur mobile est-elle nécessaire ? Jugez-vous que le marché français des mobiles n’est pas assez concurrentiel ?

Il y avait, fin septembre 2006, 49,8 millions de clients à la téléphonie mobile soit un taux de pénétration de 82,6 %, contre 76,4 % un an auparavant. Le taux de croissance annuel du parc de téléphonie mobile se maintient donc à un niveau élevé. Le marché conserve un potentiel de développement et il y a encore de la place pour un quatrième réseau. L’attribution de la quatrième licence serait de nature à encore accroître le dynamisme et la concurrence sur ce marché.

(…)

Source : Le journal du net