Stéphane Richard ne serait pas mis en cause dans l’affaire Tapie

Cela fait plusieurs mois que cette affaire a secoué Stéphane Richard, l’actuel PDG d’Orange et ex directeur de la ministre de l’Economie, Christine Lagarde. Perquisition, garde à vue, mis en examen le 13 juin dernier, cette affaire vieille de 7 ans aura failli lui coûter sa place. En janvier, la requête en annulation de Stéphane Richard dans ce dossier avait été déboutée.

Pour Stéphane Richard l’affaire Tapie pourrait bien avoir une saveur amère mais un dénouement heureux. Mis en cause dans l’affaire de l’arbitrage dans le cadre de la cession d’Addidas dans l’affaire Tapie, la cour d’Appel a réduit à peau de chagrin les faits qui sont reprochés à l’actuel PDG d’Orange. Il y a un mois, deux des quatre griefs qui lui étaient reprochés étaient déjà supprimés. Cette fois c’est la notion de "bande organisée" qui sera supprimée dans le motif de sa mise en examen.

Si Christine Lagarde, ministre de l’économie de l’époque s’en tire avec une tape sur les doigts en étant reconnue coupable de "négligence", Stéphane Richard pourrait bien connaître le même sort mais pour excès de zèle.

Trois des six protagonistes restent largement mis en cause, mais aucun lien n’a été prouvé entre ces trois personnes mises en cause et Stéphane Richard. Les accusations de participation à des réunions "occultes" ont été tuées dans l’oeuf ces dernières figurant dans ses agendas officiels.

L’Arrêt de la Cour d’Appel publié le 17 février, ne mentionnera que les trois protagonistes réellement mis en cause et ne mentionne ni Christine Lagarde, ni Stéphane Richard. L’arrêt annule par la même occasion l’arbitrage ayant permis à Bernard Tapie de récupérer 403 millions d’euros. Stéphane Richard s’est montré soulagé de la décision.

Une action contre Stéphane Richard reste menée devant la Cour de Discipline Budgétaire, mais cette dernière va de report en report.

Source : L’Opinion