Contenus terroristes et pédophiles : les signalements en hausse depuis janvier


Les deux sujets interdits du moment sont le terrorisme et la pédophilie,
avec un pic du côté pédophilie.
En effet, l’AFA (Association française des fournisseurs d’accès et de services Internet, représenté par Orange, SFR, Microsoft, Google ou encore Facebook) a enregistré une hausse de 100 % sur les contenus pédopornographiques sur l’année précédente. L’association aurait ainsi désactivé 1 094 contenus relatifs sur l’année 2014. Chiffres qui a donc doublé par rapport à l’année précédente.

Les sites interdits sont signalés par les utilisateurs via la plate-forme Point de Contact, elle en a reçu plus de 5 800 l’année dernière, pour plus de 55,7 % de sites pédopornographiques. Une fois une signalement fait et le contenu reconnu comme étant illicite, l’AFA le signale à l’hébergeur ou aux autorités si besoin est (1 225 signalement en 2014).

En outre, l’AFA collabore avec la plate-forme du ministère de l’Intérieur : Pharos, qui a plus ou moins la même fonction que son collègue de l’AFA. De son coté Pharos enregistre lui aussi un nombre de signalements relatifs à la pédopornographie en hausse, et indique que ces contenus représente 10 % des alertes envoyés par les internautes. C’est carrément moins que pour l’AFA, mais "Certaines personnes ont peur de signaler des contenus pédopornographiques sur une plateforme liée à la police, de crainte d’être associées à ce crime" explique Julian Gauthier, responsable de Pharos.

En janvier Pharos avait reçu plus de 35 000 alertes sur des messages faisant l’apologie du terrorisme, dont 29 000 la semaine suivant les attentats de Charlie Hebdo. À titre de comparaison, la plate-forme n’avait reçu que 1 500 signalements pour cette même raison en 2014. À bien y regarder, on constate le même phénomène sur la plate-forme de l’AFA, qui n’avait reçu en 2014 qu’une quarantaine d’alertes sur des contenus faisant l’apologie du terrorisme.

 

Source  : Le Figaro