Paiement NFC : les offres des Banques françaises se généralisent

Paiement NFC : les offres des Banques françaises se généralisent

 
Depuis près d’une semaine maintenant, La Banque Postale a lancé son service de paiement par téléphone mobile. Disponible via le site internet, il suffit d’entrer son numéro de téléphone pour savoir si son smartphone et le forfait associé sont éligibles au service, et si tel est le cas, un code par courrier est envoyé dans les jours suivant pour activer le paiement via son mobile. La Société Général devait suivre le mouvement et proposer un service similaire d’ici le mois de mars.

Du reste, outre la BPCE et le Credit Agricole, la plupart des grands réseaux bancaires français proposent un service de paiement par mobile, et tous semblent s’aligner sur le tarif de 1 euro par mois. Un banquier argumentera même : "Le paiement mobile est comparable à une carte bancaire et […] c’est un service qui ne peut pas être gratuit".

Pour le moment, le modèle "SIM centric" semble convenir à la majorité. Le dispositif sécurisé du mobile étant sa carte SIM, et présente l’avantage d’être matérielle, universelle, et sa maintenance est assurée par l’opérateur en cas de problème. La solution "Host card emulation", ou les données de la carte bancaire sont stockées en ligne devrait être testée en mars par 4 banques françaises ; et existe aussi la méthode dite "Tokenization" utilisée par Apple, avec des données cryptées stockées dans le téléphone, et ou un code unique est émis à chaque paiement.

 

<>

 

Ce nouveau mode de paiement qui à terme nous ferais peut-être jeter nos chéquiers et cartes bleues, ne pourrait être qu’un petit élément de mutations plus importantes offertes par la technologie NFC. Marc Espagnon, responsable des moyens de paiement chez BNP Paribas confirme bien que ces nouveautés font partie d’un tout : "L’un des enjeux à venir est d’associer au paiement mobile d’autres services comme des programmes de fidélisation de la banque ou du commerçant, mais ce sujet est encore au stade l’expérimentation pour trouver les parcours clients les plus simples."

 

Source : Les Echos