Orange pourrait profiter des consolidations en Europe pour sortir de Grande-Bretagne.

Cela fait plusieurs mois qu’Orange et Deutsche Telekom cherchent une porte de sortie dans l’opérateur détenu à 50-50 par les deux groupe, l’opérateur EE (Everything Everywhere) en Grande-Bretagne.

Né de la fusion des filiales d’Orange et de T-Mobile en 2010, EE et le plus grand opérateur du Royaume-Uni, devant Vodafone, O2 et Hutchinson. Cette association n’avait néanmoins, dès le départ, pas pour but de durer. Plusieurs portes de sortie avaient été évoquées par les copropriétaires de EE, en particulier celle de l’introduction en bourse.
 
Mais le grand mouvement de consolidation qui est en marche depuis plusieurs mois en Europe pourrait bien chambouler les plans d’Orange et Deutche Telekom. Les deux groupes pourraient bien avoir trouver un acheteur. BT, qui fait la une de l’actualité télécom au Royaume-Uni a fait clairement savoir qu’il souhaitait se développer dans le mobile. Ce dernier a ainsi évoqué deux pistes de consolidations, racheter O2 la filiale de Telefonica, ou s’offrir EE et permettre à Orange de sortir du capital de l’opérateur. La situation est plus compliquée en revanche pour le rachat des parts de Deutsche Telekom lequel n’a pas encore indiqué ses intentions concernant sa future participation dans EE.
 
Pour le moment EE est évaluée par les analystes à 10 milliards de livres, mais ces derniers craignent que l’arrivée de BT sur le mobile ne génère une décote. La cession des parts d’Orange, l’équivalent de 7 milliards d’euros, pourrait néanmoins permettre au groupe français de financer le rachat de Jazztel, l’opérateur espagnol, les nouvelles ambitions d’Orange.
 
Source : Les Echos