SVOD : le prix et la pauvreté du catalogue pointés du doigt

SVOD : le prix et la pauvreté du catalogue pointés du doigt
 
Selon une étude d’Ariase sur la SVOD ou vidéo à la demande par abonnement, cette dernière manque encore de visibilité et ne fait pas franchement succès.
 
Selon le sondage mené auprès de 3300 internautes, un peu plus des deux tiers des répondants ont déjà entendu parlé de SVOD.
 
Question notoriété c’est CanalPlay qui arrive ne tête cité par 39 % des abonnés et 46 % des non-abonnés. Récemment arrivé sur le marché français, Netflix est cité en deuxième position avec 30 % d’abonnés un service de SVOD et 23.5% chez les non abonnés.
 
Jook Vidéo n’est, en revanche, cité que par 1,5 % des répondants bien que disposant de 250 000 abonnés de plus que CanalPlay avec 750 000 abonnés.
 

 
Si les services sont connus, ils ne sont pas largement utilisés 83.1 % ne se sont jamais abonné à un service de SVOD. 25,4 % des répondants envisagent de le faire dans les 6 prochains mois, 58.3 % ne savent pas encore et 16.3% des répondants sont complètement réfractaires à la souscription d’une telle offre.
 
Parmi les principaux freins à la SVOD, le prix est encore majoritairement cité par 45.2% des sondés. Le deuxième élément expliquant l’absence de souscription est la pauvreté du catalogue (10.7%) et l’absence de films de moins de 36 mois pour 12,7% des répondants (chronologie des médias).
 
 
Cette règle empêchant les services de SVOD à diffuser des films de moins de 36 mois est également pointé du doigt par les abonnés qui bien que satisfaits pour 8 utilisateurs sur 10 souhaitent l’apparition de ces films plus récents (53,3 % des réponses).
 
Ils souhaitent pour 16 % d’entre eux pouvoir moduler leur abonnement en fonction de leur consommation. Le téléchargement pour un visionnage hors ligne est également plébiscité par 14,1% des répondants.