Pour Martin Bouygues, “ce n’est pas dans la réussite qu’on progresse, c’est dans l’échec”

Pour Martin Bouygues, “ce n’est pas dans la réussite qu’on progresse, c’est dans l’échec”

De passage hier à Bordeaux pour décerner le Trophée finance et gestion de la DFCG Aquitaine Charentes, Martin Bouygues a fait un tour d’horizon de ses actualités et, sur le secteur des télécoms, s’en est une nouvelle fois pris à l’arrivée du quatrième opérateur.

Pour lui, l’arrivée de Free Mobile "correspond à 50 000 emplois détruits, ; ce qui est quand même assez colossal pour une activité franco-française, ca n’a franchement aucun sens." De son côté Bouygues Télécom va supprimer un peu plus de 1 400 postes dans les prochains mois.
 
Il estime ainsi que "les dégâts sont considérables. Bouygues Telecom c’était 10 000 personnes. Il a fallu réinventer entièrement l’entreprise, nous sommes en train de finir le plan de transformation."
 
Il compte également profiter d’une accalmie dans la guerre des télécoms qui sévit maintenant depuis presque trois ans : "on a maintenant des conditions de concurrence dans le mobile qui vont progressivement se rééquilibrer, l’itinérance entre Orange va se réduire." Mais pour le moment rien n’a été acté par les autorités compétentes.
 
Martin Bouygues estime néanmoins que son opérateur est dans "une phase de recréation d’abonnés, ce qui ne nous est pas arrivé pendant 30 mois consécutifs." 
 
Pour l’actionnaire majoritaire du groupe, cette situation "est dure à vivre" mais estime "être toujours resté confiant" avant de conclure "ce n’est pas dans la réussite que l’on progresse, c’est dans l’échec."
 
Source : La Tribune