L’OCDE encense le “dynamisme” du marché français à quatre opérateurs mobiles

L’OCDE encense le “dynamisme” du marché français à quatre opérateurs mobiles

Si Free se satisfait de rester durablement à quatre opérateurs, Orange souhaite vivement que s’opère la consolidation en France, et le retour à trois acteurs dans le mobile. L’OCDE, Organisation de Coopération et de Développement Economique vient de livrer une étude qui donne cette fois raison à Free.

Selon l’auteur de l’étude, Rudolf Van Der Berg, "dans les pays où il y a quatre opérateurs et plus, les bénéfices pour les consommateurs sont réels, avec des offres plus simples et plus compétitives."
 
Il n’hésite d’ailleurs pas à citer le cas de la France, pour une fois, en exemple comme étant l’un "des marchés les plus dynamiques de la zone OCDE."
 
Outre la dynamique du marché Français, pour lui, l’arrivée du quatrième opérateur a bénéficié à l’ensemble de l’économie des télécoms en augmentant la pénétration du mobile sur le marché,en apportant de nombreuses innovations notamment sur le roaming international et en poussant les différents acteurs à investir plus dans de nouvelles technologie comme la 4G. Il estime également que "les consommateurs français sont désormais davantage conscients de la valeur réelle des services télécoms."
 
Il estime ainsi qu’il est nécessaire, à l’inverse des actions menées par les opérateurs en Irlande et Allemagne, de conserver au moins quatre opérateurs par pays pour maintenir l’innovation et une dynamique suffisante pour que le marché reste compétitif.
 
S’il ne se prononce pas en faveur de la consolidation du marché, il se montre, en revanche, plus favorable à d’autres méthodes de réduction des coûts pour les opérateurs. C’est notamment le cas de la mutualisation des réseaux comme le prévoit le projet de SFR et Bouygues Télécoms : "les économies réalisées représentent une bonne partie de ce qu’il est possible de faire lorsque l’on fusionne deux opérateurs, mais c’est moins risqué en termes d’exécution et surtout beaucoup moins cher."
 
Pour ce rapport de l’OCDE et son auteur Rudolf Van Den Berg, pour que ces nouveaux modes de réductions des coûts bénéficient aux consommateurs, il ne faut pas que le cadre de la coopération entre opérateurs dépasse la technologie et les réseaux. Ils nécessitent également une régulation forte : "le jeu n’est intéressant que lorsque les règles sont bien définies et que l’arbitre est compétent." 
 
Source : Les Echos