Antennes-relais : “face aux opérateurs de téléphonie mobile, on ne peut pas grand-chose”

Antennes-relais : “face aux opérateurs de téléphonie mobile, on ne peut pas grand-chose”

Le déploiement des opérateurs mobiles se poursuit avec chaque mois de nombreuses antennes supplémentaires installées, dans certaines collectivités ce déploiement à vitesse grand V continue d’agacer de nombreux riverains et certaines collectivités qui dénoncent l’attitude des opérateurs.

 
Des collectifs se montent comme à Bourbach-le-Haut où le collectif "A Nos Montagnes" appelle les habitant à manifester le 6 octobre prochain contre l’implantation d’une antenne Free. Le porte-parole du collectif se dit lui-même électro-sensible.
 
De l’autre côté de la France à Roubaix, le constat est le même et la résistance s’organise. De nombreux "mini-collectifs se créent" pour soutenir la résistance presque impuissante des collectivités.
 
Pour Alexandre Garcin, Conseiller municipal délégué au développement durable, c’est un constat d’impuissance : "face aux opérateurs de téléphonie mobile, on ne peut pas grand chose."
 
Il dénonce les méthodes employé par les opérateurs : "lorsque les opérateurs remettent un dossier d’implantation d’antenne relais, il est incomplet dans 50 % des cas."
 
Malgré les sollicitations des collectivités, pour obtenir plus d’informations, notamment sur la distance avec les écoles, il estime que les opérateurs font fi des demandes et installent quand même. 
 
"Orange est passé en force lors de la dernière mandature pour installer la 4G. Bouygues est passé aussi. Restent Free et SFR."
 
Pour lui, "les opérateurs installent quand même", malgré les refus des collectivités. Il estime qu’a la fin ce sont toujours les opérateurs qui gagnent : "on peut toujours aller en justice, mais on a aucune chance de l’emporter. si c’est pour seulement engager des frais, ça n’est pas intéressant."
 
Il souhaite ainsi la négociation de la charte avec les opérateurs, permettant "les conditions d’un dialogue correct et responsable avec les opérateurs." Il souhaite notamment que les opérateurs reprennent "toutes les installations non conformes avant toute nouvelle installation."