Selon un dirigeant de Free, Bouygues Télécom sera moins intéressant à racheter dans 6 mois

Selon un dirigeant de Free, Bouygues Télécom sera moins intéressant à racheter dans 6 mois
 
Le magazine Capital du mois d’août, qui sortira en kiosque demain, consacre un dossier très complet à la guerre qui se joue actuellement dans les Télécoms. Le magazine revient bien sûr sur ces derniers mois qui ont été riches en rebondissements, mais rapporte également ce qu’il se passe en coulisse chez ces opérateurs.
 
Concernant le rachat potentiel de Bouygues Télécom, Capital rapporte que si Martin Bouygues exige 8 milliards d’euros pour vendre sa filiale Télécom, c’est qu’il souhaite « obtenir une somme prenant en compte les avantage de sa disparition du marché », explique une source proche du dossier. Autrement dit, c’est le « prix de l’humiliation » estime Capital.
 
Dans ce dossier, chaque opérateur joue la montre. Mais on retiendra surtout les propos de Free à ce sujet, qui est l’acheteur le plus probable. Un des dirigeants de l’opérateur a en effet déclaré à Capital que « chaque jour, la construction de notre réseau progresse, et ça sera encore moins un sujet dans six mois qu’aujourd’hui ». Une façon pour Free de dire à Bouygues Télécom qu’il est d’accord pour le racheter aujourd’hui (pas à n’importe quel prix) mais qu’il ne le sera peut être plus demain.
 
Vous pourrez retrouver tous les détails de ce dossier dans le magazine Capital d’août disponible à partir de jeudi chez les marchands de journaux