Pourquoi certains abonnés ont perdu le VDSL2 ? Les explications de Free.

Pourquoi certains abonnés ont perdu le VDSL2 ? Les explications de Free.

Pourquoi certains abonnés ont perdu le VDSL2 ? Plusieurs hypothèses ont d’ores et déjà été formulées. Certains abonnés évoquaient une instabilité de ligne, d’autres tablaient sur des difficultés pour les Freebox à choisir le bon protocole (ADSL2 ou VDSL2). Mais quelles sont les explications de Free ?

Lors de la 10ème convention annuelle des communautés de Freenautes et d’Aliciens, Xavier Niel, le fondateur de Free, Maxime Lombardini, directeur général du groupe Iliad, Antoine Levavasseur, responsable de la plateforme Système et des Serveurs de Free et Angélique Berge, directrice de la relation avec les abonnés, se sont relayés sur scène pour donner quelques explications aux membres de la communauté.

Erreurs de transmission en hausse, débit réel en baisse

Pour certains abonnés, la perte du VDSL2 (particulièrement les lignes les plus longues) est effectivement liée à une « dégradation » de la ligne. Pour Free, si certains abonnés ont cru voir une avancée, en pratique, la réalité était différente. L’opérateur nous a ainsi expliqué que certaines lignes (les plus longues) basculées en VDSL2 étaient impactées par une très forte augmentation du nombre d’erreurs de transmission et une nette diminution du débit réel.

« Sur une ligne très longue, le fait de mettre du VDSL a plutôt tendance à dégrader le débit réel, même si la synchronisation est assez haute. Dans la réalité, il y a énormément d’erreurs de transmission. Ce qui passe sur la ligne est quasiment moitié inférieur au débit réel de synchronisation […] Au bout du compte, il vaut mieux être en ADSL car il y a la correction d’erreurs et le fait de ne pas utiliser les hautes fréquences marche mieux », nous explique Antoine Levavasseur.

« C’est toujours la même difficulté d’arbitrage […] D’un abonné à l’autre, l’expérience sera différente » en fonction de la longueur de la ligne, l’état du câblage en cuivre, etc. Free nous précise néanmoins qu’il tente « de fournir le VDSL2 à un maximum d’abonnés […] avec le meilleur débit réel […] et pas sur le papier seulement ».

« Un bug d’algorithme qui sera corrigé »

Pour d’autres, Xavier Niel nous a expliqué que la perte du VDSL2 était liée « à un bug d’algorithme qui sera corrigé » le plus rapidement possible.

Dans tous les cas, ces « problèmes de réglages et d’optimisation » ont poussé Free à (re) basculer les abonnés concernées en ADSL2+. Malheureusement, « l’évolution étant sur le DSLAM, tous les abonnés du DSLAM sont impactés ». Pour rappel, cette rétrogradation concerne plusieurs NRA à Paris, dans le Gard ou encore à Nancy, et nombreux sont les abonnés à faire remonter le problème sur Univers Freebox.

Bientôt du VDSL2 en distribution indirecte

Actuellement, l’introduction du VDSL2 a été limitée aux lignes en distribution directe par l’ARCEP (la ligne de cuivre part du NRA jusqu’à l’abonné sans passer par un sous-répartiteur) ainsi qu’aux lignes des NRA (mis en service avant le 1er janvier 2005) issus d’un réaménagement de réseau. A ce jour, « 30% des abonnés Free » en profitent.

Free nous a confié lors de cette journée qu’il ouvrirait la voie à l’extension du VDSL2 aux lignes en distribution indirecte (transitant par un sous-répartiteur), dès que l’ARCEP donnera son feu vert. Cette évolution réglementaire devrait intervenir avant la fin de l’année (si tout se passe bien) et devrait profiter à un très grand nombre de Freenautes (60% d’abonnés supplémentaires synchroniseront en VDSL2).