Les détails du plan de suppression d’emplois de Bouygues Télécom

Les détails du plan de suppression d’emplois de Bouygues Télécom

Si hier, Bouygues annonçait brièvement les 1516 suppressions de postes dans un communiqué prévenant néanmoins qu’il y aurait un plan d’accompagnement "privilégiant le volontariat et le reclassement interne".
 
Selon Les Echos, la réduction de 17 % de ses effectifs se déroulera en deux phases : 
  • La première se déroulera entre le 15 novembre 2014 et le 15 janvier 2015 par la mise en place d’un plan de départs volontaires et de reclassement interne.
  • Dans la deuxième phase, du 15 janvier au 15 mars 2015, Bouygues Télécom amorcera un plan de sauvegarde de l’emploi.

Dès maintenant et jusqu’à la fin de l’été, auront lieu les négociations avec les syndicats du groupe, ces derniers ayant l’intention, selon le délégué de FO, Bernard Allain "de reclasser le plus de monde possible au sein du groupe Bouygues". 

Qui est sur la sellette ?
 
D’ores et déjà, Bouygues Télécom a annoncé que les 2 000 salariés des centres d’appels et les 2500 employés dans les boutiques ne sont pas concernés par le plan social.
 
En revanche, les 750 membres de la direction des services informatiques, vont connaître un véritable dégraissage et seront, selon Les Echos, "réduits aux deux tiers". Du côté du service marketing, cette fois c’est 2/3 des 250 employés qui ont déjà un pied hors de Bouygues Télécom. 
 
Enfin c’est du côté des cadres supérieurs, du management intermédiaire qu’il faut s’attendre à une véritable chasse aux sorcières. Si certains se verront proposés un reclassement, il n’est pas certain que tous se verront proposé un reclassement ou prendront la porte de gaieté de coeur. Si en 2012, 556 départs volontaires avait épargné l’opérateur d’un plan de licenciements et de départs contraints, cette fois l’opérateur pourrait ne pas y échapper.