Vente de Virgin Mobile à Numericable : “ce n’est pas seulement l’effet Free”

Vice-Président du MEDEF et président de Virgin Mobile, Geoffroy Roux de Bézieux revient sur les négociations exclusives avec Numericable pour vendre Virgin Mobile.

Pour lui "la taille qu’on avait ne nous permettait pas de nous développer sans réinvestir massivement et donc les actionnaires dont je fais partie ont décidé de mettre la société en vente."

Pour le président de Virgin Mobile pour garder l’opérateur, "il aurait fallut a la fois que l’on rachète d’autres MVNO, peut-être que l’on postule à une licence, il aurait fallu que la politique-pro-concurrentielle soit dans l’ère du temps et ce n’est plus le cas."

S’il estime que le prix d’achat, pour les actionnaire, "était correct", il juge avant tout qu’il s’agissait "de la meilleure façon pour pérenniser l’entreprise. Il y’a quand même des salariés et s’appuyer sur Numericable qui a choisi de garder la marque garder les équipes" était selon lui la meilleure option. Il annonce "avoir passé le relai à plus fort que nous"

Pour lui la fusion des opérateurs c’est la "loi du marché : quand il y a trop de concurrence, que les prix baissent que les marges se contractent, il y a concentration" des acteurs. Néanmoins il estime que cette concentration "renforce les acteurs français qui seront plus fort à l’échelle internationale et qu’a l’échelle du consommateur, il n’y a pas lieu de s’inquiéter."

Pour lui, cette recomposition du marché et cette fusion entre acteurs des télécoms, "ce n’est pas seulement l’effet Free, cela se passe partout en Europe. Il y a un autre effet également important c’est que les consommateurs n’achètent plus comme avant. Tous les réseaux de boutiques, construits dans les années 2000, n’a plus la même pertinence aujourd’hui. Avec internet, les consommateurs ont compris comment cela fonctionne." Il estime également que les prix ne remonteront pas, les clients n’étant pas prêts à payer plus chers pour les mêmes services.

Source : BFM TV