Michel Combes “se réjouit de voir l’ARCEP s’inquiéter du manque d’investissements”

Michel Combes “se réjouit de voir l’ARCEP s’inquiéter du manque d’investissements”

Au lendemain de l’annonce des 5 enquêtes administratives par l’ARCEP concernant les réseaux mobiles de Free, SFR, Bouygues et Orange, Michel Combes, PDG d’Alcatel-Lucent, équipementier français s’inquiète du niveau d’équipement numérique en France et en Europe.

Michel Combes se "réjouit de voir l’ARCEP s’inquiéter enfin du manque d’investissement", ce qu’il plaide "depuis des mois."
 
Pour Michel Combes il faut passer du "consumérisme à une vraie stratégie d’industriels". Il souhaite donc que les pouvoirs publics "facilite la consolidation des nouveaux acteurs pour que ceux ci aient les moyens d’investir dans les réseaux de télécommunication dont nous avons besoin pour construire le monde de l’internet et faire émerger les champions européens de l’Internet."
 
Pour lui il y a un sérieux écart entre les Etats-Unis où son groupe fait 50 % de son chiffre d’affaires et l’Europe : "Depuis 2008, les investissements en Europe baissent de 3 à 4 % par an, quand ils augmentent de 5 à 10 % par an aux Etats-Unis." Néanmoins la France sort du lot, ces investissements sont passés de 6,5 milliards d’euros en 2008 à 7,1 milliards en 2013.
 
Pour Michel Combes, "la 4G, ça change la vie, c’est la fibre optique dans la poche […] il est impératif pour les opérateurs de réseaux d’accélérer le déploiement des réseaux 4G, ce qui permettra aux opérateurs de monétiser cette 4G." 
 
Pourtant jusqu’à présent, les opérateurs n’ont pas réussi a augmenter leur prix, Free étant arrivé après ses concurrents pour proposer la 4G au prix de la 3G. Pour lui, ce n’est que par l’investissement que les opérateurs arriveront à retrouver "leur cercle vertueux".
 
Evidemment intéressé par glaner les contrats de déploiement des opérateurs, Michel Combes revient ainsi sur le patriotisme économique invoqué par Arnaud Montebourg pour soutenir l’entreprise française : 
 
"L’avenir est avant tout dans nos mains. on ne fera pas acheter qui que ce soit, si nous ne sommes pas compétitifs. Je remercie les pouvoirs publics et Arnaud Montebourg. Il est dans son droit en rappelant aux différents acteurs de l’écosystème français qu’il y a un acteur qui est Alcatel-Lucent et que si celui-ci produit les bons services pourquoi s’en priver ?."
 
Pour le moment, seul Free n’a pas mis de contrat entre les mains de l’équipementier dirigé par Michel Combes.
 
 

Source : BFM Business