Télécoms : l’écart entre l’Europe et l’Amerique du Nord se creuse

Le marché des télécoms européens continue de prendre du retard par rapport à ses homologues d’Amérique du Nord. C’est ce que révèle l’Idate à l’occasion de la publication de son édition 2014 du Digiworld Yearbook.
 
Dans son classement des 10 opérateurs mondiaux les plus puissants, on ne retrouve plus que quatre opérateurs en 2012 et 2013, deux de moins qu’en 2008. Si quatre d’entre eux sont toujours présents, Telefonica, Deutsche Telekom, Vodafone et Orange, l’Idate note également qu’ils se retrouvent "regroupés dans la deuxième moitié du classement." Orange, se classe en 9e position.
 
L’Idate révèle ainsi que, depuis 2008, "le chiffre d’affaires cumulé sur les 5 principaux marchés européens a chuté de 12 % pesant lourdement sur les marges et capacités d’investissement".
 
A eux seuls, "les opérateurs mobiles américains auront investi deux fois plus en que les opérateurs des 5 principaux marchés européens."
 
Enfin, le marché américain poursuit son processus de fusion du marché quand, en Europe, "ce mouvement de concentration a à peine commencé" et ne concerne que "des rapprochements effectués au niveau national." 
 
L’Idate estime qu’il faudra attendre " 3 à 4 ans" pour que cette concentration atteigne un niveau européen et non national.
 
Au final, si les performances en Amérique du Nord progressent de 2,1 % par an, elles sont en repli de 1,6 % en Europe.
 
L’Idate estime que l’Europe risque rapidement d’être sous la menace d’opérateurs extérieurs puissants qui pourraient être amenés à faire leurs courses en Europe.
 
La balle est désormais dans le camp de la Commission Européenne qui prévoit déjà de faire tomber les frontières télécoms de l’Europe. Cette dernière s’est déjà prononcée en faveur de la fin du roaming en Europe à compter de décembre 2015. Ce projet devra néanmoins être revoté par le nouveau parlement après les élections européennes de dimanche.
 
Source : 01Net