15 % de part de marché ? Pas avant 2021 avaient déclaré les concurrents de Free Mobile

15 % de part de marché ? Pas avant 2021 avaient déclaré les concurrents de Free Mobile
 
En 2011 déjà, peu avant de se lancer officiellement dans le mobile, Xavier Niel, directeur de la stratégie de l’opérateur et fondateur de Free, évoquait son ambition de conquérir 25 % du marché mobile à long terme.
 
Ses concurrents avaient alors estimé, qu’au mieux, Free Mobile passerait le cap des 15 % de part de marché seulement en 2021.
 
En septembre, a l’occasion de la publication des chiffres du 1er semestre 2013, Free renouvelait son objectif de 25 % de part de marché à long terme, mais précisait, qu’à moyen terme, il visait passer le cap des 15 % de part de marché.
 
A l’occasion de la publication des résultats d’Iliad maison-mère de Free, le quatrième opérateur passait la barre de 13 % de part de marché, seulement 2 ans après son entrée sur le marché du mobile.
 
Si l’objectif n’est pas encore atteint, l’opérateur à un peu moins de 8 ans devant lui pour faire mentir ses concurrents et grappiller 2 % de part de marché. Il faudrait un gros coup de frein au trublion des télécoms pour qu’il n’atteigne pas cet objectif, qui ne devrait pas être suffisant pour le fondateur de Free. L’objectif des 25 % est-il réalisable ? Les grands changements qui se produisent sur le marché des télécoms français et européens devraient donner de nouveaux indicateurs dans quelques mois, quand le paysage des télécoms se sera un peu plus stabilisé.
 
En cas de retour à 3 opérateurs de réseau, cet objectif serait plus facile à atteindre,surtout si au passage Free arrive à récupérer les antennes et une partie des fréquences de Bouygues Télécom.