La guerre des “Monde”: les actionnaires Bergé Niel-Pigasse trancheront le 14 mai prochain

Au sein du journal, plusieurs visions du quotidien s’opposent farouchement. Le quotidien qui éprouve quelques difficultés financières se retrouve également confronté à un conflit interne opposant la direction et la rédaction.
 
En 2013, le quotidien a subi une perte de 2,5 millions d’euros sur un chiffre d’affaires de 345 millions d’euros. L’annonce en février d’un "plan de mobilité" qui prévoyait le redéploiement de 50 journalistes entre la version papier déficitaire et la version numérique plus rentable du journal a été la réforme de trop.
 
Certains au sein du journal estiment que ces réformes visent également à faire partir "les moins bons et les plus ages." Sept des 12 rédacteurs en chefs ou adjoint ont démissionné il y a quelques jours, accusant la directrice des rédactions, Natalie Nougayrède, d’être "paranoïaque", de "n’écouter personne" et de "ne pas prendre les décisions urgentes". Beaucoup au sein de la rédaction exigent son départ. D’autres reprochent à la direction l’absence de ligne éditoriale claire et une approche trop libérale.
 
Nommée à la tête du quotidien par le trio d’actionnaires Bergé-Niel-Pigasse pour une période de 6 ans, la candidature de Natalie Nougayrède avait pourtant été approuvée par 79,4% des 450 membres de la société des rédacteurs. Moins d’un an après sa nomination, Natalie Nougayrède est désormais seule au Monde.
 
Mercredi dernier pour tenter de trouver rapidement une sortie de crise, l’assemblée générale du groupe s’est soldée par le lancement d’une "semaine de médiation".
 
Jusque ici en retrait dans ce conflit, les trois actionnaires, maîtres du Monde, ont prévu de se réunir le mercredi 14 mai pour décider des suites à donner… Des têtes pourraient alors tomber…
 
Source : La Croix, AFP