Selon SFR, le “tsunami Free Mobile” aurait également fait un malheur sur le marché des PME

Selon SFR, le “tsunami Free Mobile” aurait également fait un malheur sur le marché des PME

 
Il y a quelques jours, l’opérateur Nerim disait sa crainte de voir un duopole se former sur le marché des entreprises suite au rachat de SFR par Numericable. Son président estimait qu’Orange et SFR-Numericable "possèderaient la quasi-totalité des infrastructures fibre FTTH et FTTB dans les grandes villes françaises."
 
Ce matin, l’opérateur d’entreprises Legos organisait une conférence de presse avec pour thème « ce qui va changer pour les entreprises, Recomposition du marché des télécom en France ». Si les craintes de Nerim ont été évoquées, Free Mobile a également été pointé du doigt par SFR, estimant que le trublion avait pris des parts de marché chez les TPE et PME, même s’il ne propose que des offres pour particuliers.
 
Serge Ngapo, directeur adjoint en charge des activités intégration et validation business service chez SFR a ainsi explique à ZDNet que "le tsunami Free a touché le marché entreprise car c’est beaucoup plus rentable pour les PME de souscrire un service grand public. On observe une vraie érosion de nos parts sur le bas du marché B2B. Cet effet n’a pas été anticipé, ni par nous, ni par le régulateur". 
 
Et le discours de SFR est le même sur le marché entreprises que celui entendu depuis l’arrivée de Free Mobile sur le marché particulier. Le responsable de SFR assure ainsi : "on subit une division par 15 de l’Arpu sur le marché de la petite entreprise. Sans parler des destructions d’emplois chez nos partenaires SSII, le turn-over a été multiplié par 1,4. Au total, Free est destructeur d’emploi et de valeur, également sur le marché B2B".
 
Serge Ngapo estime par ailleurs que Free devrait prendre encore plus de place sur le marché des petites entreprises. "On n’est pas au bout de nos surprises étant donné que Free va chercher à faire du FTTO [NDLR : fibre jusqu’au bureau] en mettant en place des alliances dès que le dégroupage sera autorisé, explique-t-il, Il y aura une véritable guerre des prix qui impactera mécaniquement la rentabilité des investissements des opérateurs de réseau".
 
Difficile cependant de reprocher aux patrons de petites entreprises de privilégier des offres mobiles moins chères alors que les offres professionnelles sont souvent proposée à des tarifs exorbitants, même si elles proposent, pour certaines, des services supérieurs. 
 
Source : ZDNet