Le soutien financier de la CDC à Bouygues pour racheter SFR ne vient pas de l’Élysée

Le soutien financier de la CDC à Bouygues pour racheter SFR ne vient pas de l’Élysée

Partie prenante dans le rachat de SFR par Bouygues, Jean-Pierre Jouyet, directeur général de la caisse des dépôts et consignations déclare que son soutien à Bouygues dans le rachat du deuxième opérateur ne vient pas de l’Elysée, mais bien d’un "choix patrimonial."

Interrogé sur BFM TV, il dément "avoir reçu de coup de fil de l’Élysée". Le soutien financier de la CDC à hauteur de 300 millions d’euros, dans la deuxième offre de Bouygues, est au contraire un "choix stratégique" :

"Nous sommes actionnaires d’Orange, Vivendi, Bouygues ainsi que le premier investisseur français dans les infrastructures."

Lui aussi se prononce en faveur d’un retour à trois opérateurs : "je ne pense pas que la quatrième licence ait amélioré la couverture du territoire et la qualité de service."

Malgré son soutien à l’offre de Bouygues et sa position sur l’avenir des télécoms, le directeur général de la caisse des dépôts et consignations affirme qu’il "s’alignera sur la position du conseil de surveillance de Vivendi."