Etude des débits 4G Free Mobile : stagnation quasi-générale. Le Nexus 5, terminal à records

Etude des débits 4G Free Mobile : stagnation quasi-générale. Le Nexus 5, terminal à records

Après une semaine à Lille, Univers Freebox vous propose sa deuxième étude bimensuelle sur les débits 4G Free Mobile relevés sur l’application de notre partenaire Sensorly dans les plus grandes villes de France.
 
Depuis 15 jours les rumeurs sur le rachat de SFR vont bon train et la promesse de Bouygues de vendre 15 000 antennes à Free s’il rachetait SFR, n’incite pas le 4ème opérateur. C’est la première fois depuis le début de nos études de débits que les données en provenance de Sensorly ont si peu bougée en 15 jours. Une seule ville a connu une variation de plus de 2 pts, Toulon la dernière entrante qui est passée de 19% à 24 % de connections supérieures à 30 Mbits.
 
Pour 5 autres villes, c’est la stagnation, les données relevées il y a 15 jours, n’ont pas bougé d’un iota. les villes de Paris (62%) et Marseille (66%) sont au point mort depuis plus d’un mois.
 
5 autres villes ont également régressé d’un ou deux petit points. Lille retombe sous la barre des 70 % de connexions en très haut débit mobile.
 
6 autres villes ont quant à elles poursuivi leur progression d’un ou deux points maximum, pas de quoi fouetter un chat, Bordeaux continue de grappiller des points.
 
Trois mois et demi après le lancement de la 4G Free Mobile, 7 des 17 plus grandes villes de France restent sous la barre des 50 % de connections supérieures à 30 Mbits, 3 sont en dessous de 25 % et seulement 2 sont au dessus de 75 % de connexion en THD mobile.
 
Les villes accrochant le très haut débit mobile sur plus de 70 % de leurs connexions ( >30Mbits) :
  •  1) Le Havre 80 % (-1 pts)
  • 2) Montpellier 75% (=)
  • 3) Nantes 70 % (-2pts)
Les villes disposant de plus de la moitié de leurs connexions en très haut débit mobile ( >30Mbits ) :
  • 4) Lille 69% (-1 pt) 
  • 5) Nice 67 % (+ 1 pt)
  • 6) Marseille 66 % (=)
  • 7) Paris 62 % (=)
  • 8) Grenoble 61 % (+1 pts)
  • 9) Angers 54 % (=)
  • 10) Bordeaux 52 % (+2pts )
Les 4 villes disposant entre 25% et 50% de leurs connexions en très haut débit mobile ( >30Mbits ) :
  • 11) Saint-Etienne 39 % (-1 pts) 
  • 12) Toulouse 40 % (+1 pts) 
  • 13) Lyon 31 % (-1 pts)
  • 14) Rennes 27 % (+2 pts)
Les 3 villes en queue de peloton avec un taux de connexions au dessus de 30 Mbits catastrophique de moins de 25% : 
  • 15) Toulon 24 % (+5 pts)
  • 16) Strasbourg 18 % (+2 pts)
  • 17) Reims 1 % (=) 

Du côté des records de débits dans ces 17 villes , seuls deux records ont été battus : Strasbourg qui malgré ses 18 % de connexions supérieures à 30 Mbits a pulvérisé son record de plus de 20 points. Un Freenaute a Strasbourg a ainsi pu atteindre 136,8 Mbits en débit descendant.
 
Même tarif à Paris, la capitale n’avait pas battu son record depuis plusieurs mois elle gagne cette semaine 10 Mbits pour atteindre un débit maximum de 120,2 Mbits. 
 
Presque comme d’habitude, ces deux records ont été atteints avec un Nexus 5. 10 villes sur 17 ont désormais un record qui a été atteint avec un Nexus 5. Seules les villes de Montpellier et Le Havre ont un record supérieur à 100 Mbits qui n’a pas été atteint avec le terminal de Google.
 
Parmi ces records 4 des 5 meilleures débits ont été réalisés en heure de pointe entre 17h et 19h. 
 
Sur ces 17 records de villes, seulement 4 ont été réalisé dans la période où le trafic est le plus faible (entre minuit et 8 h), 5 ont été réalisés entre midi et 14 heures, et 8 ont été réalisés dans la période ou le trafic mobile est le plus dense soit entre 17 et 22 heures.
 
Sur les 17 villes 9 villes ont désormais dépassé dans la réalité les débits théoriques de Bouygues et SFR pour leur débit maximum :
  • 1) Montpellier : 141 Mbits sur Samsung Galaxy Note 3 à 17h52 (pas de changement)
  • 2) Bordeaux : 139,3 Mbits sur Nexus 5 à 17h35 (pas de changement)
  • 3) Nice : 138 Mbits sur Nexus 5 à 18h34 (pas de changement)
  • 4) Strasbourg : 136,8 Mbits sur Nexus 5 à 00h09 (+21,4 Mbits )
  • 5) Toulouse : 129,4 Mbits sur Nexus 5 à 17h15 (pas de changement) 
  • 6) Havre : 126,2 Mbits sur LG G2 à 21h26 (pas de changement)
  • 7) Nantes : 121.9 Mbits sur Nexus 5 à 13h33 (pas de changement)
  • 8) Paris : 120,2 Mbits sur Nexus 5 à 13h26 (+9.8 sur Nexus 5)
  • 9) Angers : 116 Mbits sur Nexus 5 à 6h54 (pas de changement)
7 villes tournent autour de 100 mbits
  • 10) Lille : 111,1 Mbits sur Nexus 5 à 7h14 (pas de changement) 
  • 11) Grenoble : 99,5 Mbits sur Nexus 5 à 13h02 (pas de changement)
  • 12) Rennes : 98,3 Mbits sur Nexus 5 à 5h40 (pas de changement)
  • 13) Marseille : 96,8 Mbits sur Samsung Galaxy S4 à 17h18 (pas de changement)
  • 14) Saint Etienne : 94,7 Mbits Samsung Galaxy S4 à 13h10 (pas de changement)
  • 15) Lyon : 91,4 Mbits sur LG G2 à 20h41 (pas de changement)
En fin de classement, on retrouve deux des lanternes rouges avec des débits records assez médiocres :
  • 16) Toulon : 88,8 Mbits sur Samsung Galaxy Mega à 18h32 (+10,5 Mbits)
  • 17) Reims : 54,4 Mbits sur Sony Xperia Z à 12h51 (pas de changement)

 

Vous pouvez retrouver les meilleurs débits constatés sur cette page (onglet "meilleurs débits constatés"). Ces données sont mises à jour en temps réel. Vous pouvez également contribuer à la cartographie de la couverture Free Mobile en téléchargeant l’application sur votre smartphone.

 

 
 A propos de Sensorly : Sensorly est un service de cartographie de la performance des réseaux sans fil, gratuit et accessible à tous. Basé sur la collecte anonyme et le partage de données au travers d’une application Android et iOS, Sensorly bénéficie d’un grand nombre de contributeurs réunissant des informations objectives sur leur expérience en tant que clients des opérateurs. Et puisque le contenu est généré à 100% par les usagers de l’application, plus vous l’utilisez, plus le service est précis.
 
Découvrez la carte Sensorly des débits 4G Free Mobile des grandes grandes villes
 
Découvrez la carte Sensorly de la couverture 4G de Free Mobile
 
Découvrez la carte Sensorly de la couverture 3G de Free Mobile