Stéphane Richard sera-t-il renouvelé ? Orange à une semaine du “mercato”

Le 26 mars prochain, le Conseil d’Administration d’Orange se réunira pour décider de qui sera le prochain PDG d’Orange. Candidat à sa propre succession, Stéphane Richard l’actuel PDG d’Orange a déjà fort à faire personnellement.

Mis en cause dans l’affaire Tapie, cette histoire a ternie son image et certains membres du gouvernement voudrait bien épingler le n°1 d’Orange. Sa mise en examen pour "escroquerie en bande organisée" dont le dénouement tarde à se faire connaître ne joue pas en sa faveur. D’autant que l’Etat est toujours actionnaire de l’opérateur, un scandale mettant en cause le gouvernement précédent fait les affaires de l’actuel. Du pain-bénit en cette période d’élection municipale, Stéphane Richard pourrait donc en faire les frais ! L’ex Directeur de Cabinet, Stéphane Richard, semble beaucoup plus accessible que Chritine Lagarde, actuel directrice du FMI, qui conserve son statut de "témoin assistée" dans cette affaire.
 
Les 10 suicides en 3 mois relevés au sein de l’opérateur et dénoncées par l’Observatoire du stress et mobilités forcées, n’arrange pas le tableau. Elle laisse même penser que "des têtes" pourraient tomber pour éviter une nouvelle "affaire des suicides à France Télécom" qui avait marqué l’opérateur entre 2008-2009. Certains responsables qui seraient mis en cause pourraient plier bagage avant l’intersaison.
 
Certains noms circulent pour remplacer Stéphane Richard : Anne Lauvergeon dont le nom avait été déjà évoqué en janvier 2013, Arnaud Montebourg y verrait bien Jacques Veyrat, les noms de Nicolas Dufourq et Guillaume Pepy circulent également. A 6 jours de "la grand-messe", aucun d’entre eux ne s’est pour l’instant officiellement positionné à remplacer Stéphane Richard.
 
C’est également une période de "mercato" pour l’opérateur. Parmi les dirigeants actuels de l’opérateur, certains ont déjà négocié leur transfert comme Vivek Badrinath, chef de l’innovation, recruté par la marque Accor et Elie Girard, directeur de la stratégie, sur le départ pour le groupe Atos. 
 
Même s’il était élu, Stéphane Richard pourrait jouer la carte de la rupture pour ces 4 années de mandat. Certains de ses lieutenants actuels pourraient migrer d’une fonction à une autre comme tout remaniement. D’autres, qui n’affichent pas de très bons bilans comme Benoit Scheen, responsable Europe avec la Belgique, pourraient également être débarqués à cette occasion.
 
Enfin, parmi les valeurs sûres, on retrouvera Delphine Ernotte, patronne d’Orange France et Pierre Louette, secrétaire général d’Orange et président de la Fédération Française des Télécoms resteraient fidèles à leur postes et à Stéphane Richard.
 
Source : Les Echos