France Télécom réagit face à la vague de suicides chez ses employés

Depuis février 2008, France Télécom a eu à déplorer 20 suicides parmi ses employés. Les syndicats évoquent la pression subie par les salariés du groupe pour justifier, en partie, de ces drames.

Afin de faire le point sur la situation, Olivier Barberot, DRH du Groupe a rencontré le 25 août 2009 les délégations des 6 organisations syndicales sur les risques psycho-sociaux dans l’entreprise.

L’analyse en commun des circonstances des drames individuels survenus au cours de l’été montre que la forte implication et le soutien des managers locaux des salariés qui ont attenté à leurs jours n’ont malheureusement pas permis d’éviter une issue tragique. Olivier Barberot a fait état de la très forte émotion suscitée par ces drames, ressentie par l’ensemble de l’entreprise.

La Direction, pleinement consciente de la nécessité de renforcer la prévention des risques psycho-sociaux s’engage sur les quatre points suivants :

-   l’ouverture rapide d’une négociation pour la déclinaison dans le Groupe des dispositions de l’accord interprofessionnel sur le stress,

-   le renforcement des équipes de médecine du travail et l’amélioration de l’animation du réseau des assistantes sociales

-   le renforcement des équipes de Ressources Humaines de proximité

-   la réaffirmation de la possibilité de négociations locales sur les mesures d’accompagnement liées à des projets d’évolution d’organisation.

Compte tenu de la nécessité pour l’entreprise de poursuivre sa transformation dans un contexte d’évolution rapide de ses métiers et d’attentes de ses clients, ainsi que d’une très forte pression concurrentielle, Olivier Barberot s’est engagé à renforcer la communication interne, le dialogue et la pédagogie autour de l’ensemble de ces sujets.

Une prochaine rencontre sur ces sujets est prévue avec les représentants du personnel lors du Comité National d’Hygiène et de Sécurité et des Conditions de Travail du 10 septembre prochain.