Affaire Tapie : Christine Lagarde et Stéphane Richard confrontés mercredi

Le dossier traîne en longueur. Pourtant, c ’est le dernier obstacle à sa reconduction, à la tête d’Orange. La mise en examen en juin dernier de Stéphane Richard pour escroquerie en bande organisée pourrait l’empêcher de briguer un deuxième mandat.
 
 Alors qu’en 2007, il était chef de cabinet de Christine Largarde, ministre de l’économie, il s’est retrouvé impliqué dans l’affaire Tapie, l’arbitrage de la revente d’Addidas par le Crédit Lyonnais. Mis en cause dans cette affaire, le dernier noeud repose entre la responsabilité de l’actuelle patronne du FMI, Christine Lagarde et le patron d’Orange décidant d’un arbitrage exigeant le versement de 400 millions d’euros à Bernard Tapie.
 
Selon sa dernière audition, Christine Lagarde aurait un peu plus enfoncé le clou sur Stéphane Richard accusant son ancien directeur de cabinet d’avoir utilisé sa signature sur un document rédigé en son absence. 
 
De son côté, Stéphane Richard estime que la ministre était "en permanence informée de toutes les évolution du dossier" et que Christine Lagarde "a pris toutes les décisions nécessaires". Les deux protagonistes se renvoient la balle. Une confrontation aura donc lieu ce mercredi 19 mars devant la Cours de Justice de la République
 
L’avantage reste pour le moment du côté de Christine Lagarde qui conserve le statut de "temoin assisté" quand Stéphane Richard est déjà mis en examen pour "escroquerie en bande organisée" comme quatre autre personnes ayant pris part à cet arbitrage.
 
Ils demandent l’annulation de leur mise en examen devant la cour d’appel le 10 avril prochain. D’ici là, toute lumière devra être faite sur cette histoire si Stéphane Richard veut dans quelques semaines prolonger la reconstruction d’Orange pour les prochaines années.