Déploiement FTTH : Pour Jean Christophe Nguyen (FIRIP) , “la machine est lancée”

Déploiement FTTH : Pour Jean Christophe Nguyen (FIRIP) , “la machine est lancée”

Créée en décembre 2012 la FIRIP, pour Fédération des Industriels des Réseaux d’Initiative Publique tire après un an d’existence le premier bilan de cette institution. Représentant une centaines d’entreprises liées aux Réseaux d’Initiative Publique dont le déploiement FTTH fait partie, cette fédération représente plus de 40 000 emplois pour un CA de 8 milliards d’euros dont 1,1 milliards sur les RIP.

Ces entreprises s’occupent de la construction, l’exploitation et la commercialisation du réseau FTTH dans les zones où les opérateurs n’investissent pas directement. Le déploiement est alors porté par les collectivités qui montent un projet de déploiement (SDTAN) avant de faire appels à ces professionnels des réseaux d’initiative publique.

Jean-Christophe Nguyen, délégué Général de la FIRIP revient sur les objectifs de déploiements FTTH via les RIP. Pour lui le plan France très haut débit en 2022 "marque une accélération du déploiement du très haut débit, avec un engagement fort de l’Etat."

Il note ainsi de nombreux point positif après un an d’existence : " outre un retour de l’Etat sur le pilotage global, l’amélioration très sensible du soutien financier, la mise en œuvre d’un observatoire pour le suivi des déploiements, et le travail sur l’harmonisation des référentiels vont dans le bon sens."

Néanmoins pour le DG de la FIRIP, il faudra être vigilent sur 3 points particuliers : "pérenniser le financement des projets", "bien suivre les engagements des opérateurs dans les zones dites conventionnées", et préparer "la bascule du cuivre vers la fibre."

Pour lui le déploiement du FTTH est à privilégier afin de ne pas "investir à perte sur des technologie désuètes". Néanmoins il estime qu’ "aucune technologie doit être écartée" comme le FTTdp (fibre jusqu’au point de distribution) qu’il estime être une bonne réponse face aux difficultés de parfois pénétrer chez l’abonné et le VDSL2 un bon moyen d’améliorer le débit de ceux qui sont déjà bien desservis.

Pour lui, l’objectif reste "la fibre à l’abonné pour tous" et s’il ne veut pas donner de date butoir, il se dit "optimiste". Pour lui, "le cap est fixé et il ne faut pas dévier."

Source ; ZDnet