Antoine Darodes (mission THD) annonce un premier bilan pour le déploiement du très haut débit

Antoine Darodes (mission THD) annonce un premier bilan pour le déploiement du très haut débit

À l’occasion d’une nouvelle table ronde du Digiwolrd, c’est Antoine Darodes, directeur de la mission Très Haut Débit qui s’est exprimé.

Si l’annonce de l’ouverture d’un compte twitter @FranceTHD parait anecdotique, celle d’une première conférence annuelle en charge de faire un premier bilan sur les déploiements a plus d’intérêt.

Prévu le 6 février prochain, l’homme qui supervise le pilotage du plan THD (4G et fibre optique) a réitéré les objectifs de 100 % de THD en 2022, dont un objectif de 80 % de FTTH, précisant au passage que le reste serait du mixte technologique assumé.

Bien avant le rendez-vous à ne pas manquer, Antoine Darodes dessine déjà les contours de son propre bilan. Il annonce ainsi 57 % de la population sous engagements des opérateurs privés. Si ces engagements sont respectés et les conventions signées, Antoine Darodes estime à 7 milliards d’euros les investissements des opérateurs dans le déploiement FTTH.

Pour les 43 % restants, il estime entre 13 et 14 milliards les investissements publics d’ici 2022 dont 6.5 à 7 milliards de besoins en subvention. Parmi les projets d’initiative publique, Antoine Darodes relève 37 projets déposés concernant 46 départements concernés pour un "guichet ouvert seulement au mois de mai".

Un bilan positif, mais qui ne l’empêche pas de vouloir continuer de motiver ses troupes. Parmi elles, l’ARCEP ; Antoine Darodes estime que "Nous avons besoin d’un régulateur fort pour nos réseaux d’initiatives publiques de demain et pour les réseaux FTTH" avant de la féliciter pour ses recommandations autour des immeubles de moins de 12 logements en zone dense.

Concernant la mission autour de la transition cuivre, s’il a salué les travaux de la mission emmenée par Paul Champsaur, il ne croit pas "au grand soir"de l’extinction du cuivre. Pour lui la bascule sera progressive.

Pour conclure Antoine Darodes estime que "les choses avancent. On est même un peu au dessus de nos prévisions alors que certains nous disaient beaucoup trop optimistes. On voit que la mayonnaise prend. Mais je dirais que le plus dur est devant nous."

Espérons que les choses avanceront encore plus d’ici le 6 février prochain. Le rendez-vous est pris.
 

Source : Itespresso